dimanche 24 septembre 2017

Simplifions avec Mélenchon

Mélenchon et ses fanatiques insoumis auront contribué à abaisser considérablement le niveau de la politique. Elles sont loin les outrances verbales de Jean-Marie Le Pen : Mélenchon les multiplie tous les jours. Avant hier en comparant l'ouragan qui a ravagé nos îles avec la politique "libérale", ou en trouvant que Merkel et Cazeneuve sont "de pires dictateurs" que le bon Maduro qui massacre ses opposants. 

Hier, dans la même phrase, Mélenchon mettait au même niveau les nazis, l'ancien gouvernement Juppé, les gouvernement d'aujourd'hui. 
Alors les disciples du ducé Mélenchon diront que non, c'est pas tout à fait ça, mais le buzz est fait, et les nazis sont mis au même niveau que Juppé et Macron. Hier, les soutiens de Le Pen expliquaient aussi que "le détail" c'était pas tout à fait ce qu'il voulait dire. La fautes à ceux qui comprennent mal...

Alors comme Mélenchon et ses disciples sont OK pour simplifier la politique, simplifions les choses. Et n'ayons plus honte de mettre au même niveau la France Insoumise, l'Etat Islamique ou les khmers rouges
N'ayons plus honte de considérer qu'un Mélenchon qui est fier d'avoir "abattu les rois de France" n'est guère moins dangereux qu'un Pol pot, un Castro, un Hitler.
Le rappel de ce vocabulaire de haine vis à vis de certaines catégories, parler "d'éradiquer" ou "d'abattre", des insultes,  quand ce n'est pas des considérations racistes (mais on peut discriminer les blonds aux yeux bleus, ça passe ça), ça fait peur. Ca me fait peuyr. 

Simplifions, amalgamons, faisons des comparaisons abjectes et à l'exactitude moyenne. De toutes manières tout le monde s'en fout, le débat est par terre. La République est en train d'être souillée par une extrême gauche qui rabaisse tout, surtout le niveau du débat. 

Hier, Melenchon a blessé la République. En tous cas il m'a blessé. Et il me fait peur. Ils m'ont effrayé hier, ces 30000 marcheurs rouges dans les rues. Ce bruit de bottes étaient gênant. Je ne le prend pas à la légère. Melenchon n'a pas tort de répéter qu'à 600000 vois près... Ceux sont les urnes qui ont donné le pouvoir aux nazis. Ces urnes qui ont permis la constitution d'un groupe d'insoumis à l'assemblée nationale. Ca fait peur. 
Espérons que la République tiendra, et qu'un mur du Nord tiendra au loin cette menace rouge, un peu brune...

vendredi 22 septembre 2017

Grenouille bourguignone

Magnifique rencontre à Autun : une délicieuse grenouille en face de la cathédrale.
Après je confirme : le blocage utile, je n'arrive pas. Je n'arrive plus. J'ai l'impression de n'avoir plus d'avis sur rien. Ce n'est pas grave et je ne prendrais pas de traitement pour la dépression pour autant, mais après tant d'année à bloguer sur tout et rien, et à être engagé dans ma cité et dans la société, ca me fait drôle.

Alors je poste des photos de grenouilles en bois

Et j'attends l'automne 

Mes enfants sont des futurs leaders

Falconette a partagé sur sa page Facebook cette image qui m'a beaucoup amusé...


Etant donné que je ne parle plus de politique et de foot dans mon blog, et que j'ai encore envie de continuer (même si l'appli Blogger ne marchera plus sur iOS11), je me demande si je ne vais pas faire un blog "famille". Je me ferai référencé par Femme Actuelle comme premier "blog papa" de la blogosphère, ça serait top non ? (me rends pas compte)

jeudi 21 septembre 2017

Défilé de vaches

Souvenir d'une rencontre cet été dans mon Forez. Elles voulaient me faire un bisou.
Après, je ne sais pas si symboliquement c'est une idée saine de poster ce billet un jour de défilé de la gauche de la gauche et d'un syndicat aussi peu républicain que la CGT (avant les "défilés" de ce front national de la France Insoumise).

Mais la photo est jolie.

(J'avais aussi rencontré cette sympathique personne...
)


mercredi 20 septembre 2017

Carte postale d'Autun

C'est au bord du Morvan que j'ai découvert cette petite bourgade que je voulais visiter. Des trucs bêtes, mais au début de mon périple bourguignon, j'avais dit 'je veux visiter Autun'. Pourquoi ? Aucune idée... Je ne savais pourquoi.

Lisant la carte, Falconette, qui a pourtant du mal avec Google Map et les gros livres Michelin, ne comprenait pas non plus pourquoi je voulais aller dans ce truc loin de l'A6 et de la perpendiculaire Paray le Monial - Beaune - Dijon qui devait être notre triangle à nous. J'avoue ne pas avoir grand chose à lui répondre non plus : je voulais aller à Autun, mais pourquoi ? 

Regardant toujours la carte, elle me demandait si ce n'était pas de Chateau-Chinon que je parlais. Un peu plus loin sur la carte. Bah, le nom on l'a entendu, même si nos parents n'ont pas forcément voter pour Mitterrand. Mais non, même si je respecte l'histoire de mon pays et ceux qui ont gouverné, ce n'était pas là bas que je voulais aller, mais à Autun.

J'avais lu que cette ville pouvait être un musée à ciel ouvert. Au milieu de rien certes... Mais j'avais quand même envie de voir. Qu'on aille voir. Et puis bon on est en vacances, le réservoir de la 3008 est plein, alors merde...
On y est allé.

C'était vide ce 15 Août les rues d'Autun. Et le climat, froid et nuageux, nous évoquait cette fin d'été que nous sommes en train de vivre. Et pourtant...
Au début c'était la place de l’hôtel de ville. Grande, belle, des bars tout autour. Un sentiment qu'un jour de vie, ça doit grouiller de gens. Le genre de place qui m'évoque celles des petites villes du Nord, où on veut aller dans un bar boire une bière, et éventuellement profiter du match de foot tout au fond.
Et des églises, pleins. Mises en valeurs. Qui se fondent dans ce paysage de début de montagne. La campagne profonde, c'est pour ces endroits là qu'on a inventé ce terme...

Et en montant une rues vieilles mais achalandées de divers commerces, on tombe sur la cathédrale Saint Lazare. Et sa place chaleureuse. 



Pour mon copain Pierrot13, je met la seule photo de l'entrée de l'église. J'en ai une autre avec Falconette qui monte les marche, mais celle là je la garde pour moi. 


La tour Ursulines est un autre endroit chouette. Les remparts de la ville sont d'autres monuments remarquables... Qui rappelle les belles choses que peuvent construire les hommes. 



Et Autun nous rappelle qu'être en plus une ville républicaine et du moyen age, elle a connu l'époque romaine. Et c'est ça le fascinant dans cet endroit reculé de tout...

La romanité, pour moi, c'est Nîmes, c'est Orange. C'est chez moi. Et puis à 500 bornes au milieu de rien, je vois que l'empereur Auguste a crée Augustodunum, une ville romaine qui aujourd'hui s'appelle Autun. Et qui est un musée à ciel ouvert, pour qui aime ce que font de beaux les hommes...


J'avais envie de ces quelques photos sur Autun. Je poste ce billet un peu tard. Pendant que mon iPad supporte l'application Blogger. Je vais être emmerdé pour poster après, car je poste de plus en plus depuis mon iPad, dans mon canapé. Les billets sont moins "utiles" et plus "de rien", mais c'est ce que j'ai envie de faire.

Et comme je pense que personne n'est forcément intéressé par mon avis sur Wauquiez, ou sur la fusion des partis radicaux de droite et de gauche, je poste des cartes postales. Et c'est bien 







mardi 19 septembre 2017

Bêtise arrière gauche



C'est crétin mais ça m'a amusé.

Par contre que celui qui fut le pire capitaine de l'équipe de France de football et qui nous a fait honte porte les couleurs de mon club, je crois que je n'y arrive toujours pas. Au delà de ses qualités football qui sont ceux qu'elles sont...

dimanche 17 septembre 2017

Carte postale de Nuit Saint Georges

Encore un village de la Cote d'Or. La Cote de Nuit même, qui se finit pour moi à Nuit Saint Georges. J'ai beaucoup apprécié cette petite capitale. Qui venait d'accueillir une étape du tour de France le mois d'avant.

Dans ma série des recherches de boulangeries et de marchands de journaux, c'est ici que j'ai trouvé le bonheur. Avec cette placette adorable, entourée de cafés accueillants.


Je garde une jolie image de Nuit Saint Georges. Ces toits particuliers, qui ressemblent à ceux des hospices de Beaune. Une ambiance particulière, décidément. Chaleureuse et accueillante, comme l'est la Bourgogne.



A part ça rien. Sinon que l'été se termine. Ca se sent...






jeudi 14 septembre 2017

Merci Benoît Hamon

Nous l'avonz échappé belle. Benoît Hamon a sauvé la république en nous évitant le pire...

Nous verrons demain si le Parti Socialiste reste républicain et, comme le droite républicaine, maintient une digue contre ce Front National insoumis. Qui est aujourd'hui pour moi la principale menace pour la république. Aujourd'hui, le front républicain change de côté... 
l'hiver vient, et il est rouge sang. Espérons que le mur de la république tiendra contre les marcheurs rouges 

Nous verrons bien.  

mercredi 13 septembre 2017

Carte postale du clos de Vougeot

Carte postale d'un endroit qui sonne bon aux amateurs de vins. C'est agréable de voir les lieux de coins qui évoque la grandeur...

Bon, je n'ai jamais bu de Clos de Vougeot. J'aimerais bien boire une star de Bourgogne un jour... j'avais bu une fois un des 5 grands du Médoc, et c'est grandiose...


A part ça pas grand chose. J'ai encore réussi à être écœuré par les projets fiscaux sur la taxe d'habitation, qui devrait soit être payée par tout le monde, soit par personne. Ces seuils sont injustes et un peu abject. Et l'impôt continuera à être payé par encore moins de monde, ceux qui bossent. 

Mais bon nous en avons l'habitude. 

Et encore à part ça je suis assez excité par les jeux olympiques à Paris et en France.




Joyeux anniversaire à moi


Le temps passe...

lundi 11 septembre 2017

Carte postale de Gevrey-Chambertin

On reste dans le grands noms de la Bourgogne, côté Côtes-de-Nuit.

Gevrey-Chambertin est un tout petit village. Qui ne manque pas de charme. Entouré par des vignes, orientées sur un délicieux soleil levant qui donne des images magnifiques.

Il est petit ce village. Et dans cette même quête de boulangerie et de cafés ouverts au petit matin, je suis encore resté bredouille.
Mais nous avons déambulé dans ce village encore un peu endormi a ce petit matin d'août. Bien sûr passage devant l'hôtel de ville. Pas devant d'église, celle de Gevrey-Chambertin était un peu trop excentrée. Et nous avions le ventre vide. 

Quelques photos de souvenirs de déjà vieilles vacances pour commencer la semaine. L'automne est en train d'arriver en courant, les jours raccourcissent. Le temps passe...


A part ça nous sommes le 11 septembre. Les années passent, Charly le Bataclan ou Barçelone sont passés par là. En ce qui me concerne, je me souviens des concerts de joie sur une place pas loin de chez moi de la part de certains "jeunes" le 11/09/2001. Peut être ce jour là je me suis dis que nous avons quelques soucis entre "civilisations" qui se profilent à nous.
Depuis, dans ce village où les jeunes se sont amusés ce soir du 11 septembre, nous avons eu depuis quelques moments d'émeutes urbaines. Et d'autres symboles communautaires qui peuvent être choquants. Par exemple la fermeture de toutes les boucheries "traditionnelles" au centre du village. Aujourd'hui, si je ne vais pas en grande surface, je ne fais plus de cotes de porc pour mon barbecue...

Au delà de ca, le 11 septembre est aussi le jour où j'ai rencontré la mort sur un copain proche. Avant je n'avais vu que des personnes éloignées ou âgées partir. En 2004 j'ai vu un copain mourir de sa maladie, et j’ai vu que ca n'arrivait pas qu’aux autres. Je pense à mon amie de Marseille ce soir, comme bien souvent. Encore plus les 11 septembre. 

Et encore a part ça Marseille en foot c'est déplorable. Et je pense que je vais reprendre Beinsport car j'ai envie de voir la Ligue des Champions demain...


dimanche 10 septembre 2017

Carte postale de Bourgogne au petit matin

La Cote d'Or. On quitte Dijon (je ferai les cartes postales de cette capitale régionale plus tard) et on s'arrête à Fixin et à Gevrey Chambertin pour des photos de vignes.

Nous sommes le 16 Août au matin, il est à peine 8 heures. Et comme la veille un peu plus bas nous cherchons une boulangerie, un café, pour nous accueillir. Le long de la route des vignobles.

On le voit mal sur la précédente photo, mais une montgolfière trône en haut dans le ciel. Avec les images du soleil levant, et le silence dans ces vignes, cela donnait une atmosphère délicieuse. 
A un moment, nous avons croisé une jeune fille qui faisait son jogging dans cet endroit magique. Côte d'Or, je comprends qu'on puisse donner ce nom à ce département...

Les deux premières photos ont été prises à Fixin. Les suivantes ont été prises autour du village de Gevrey-Chambertin, où je m'arrêterai pour quelques cartes postales. Il vaut le coup, même s'il est tout petit.

Ces cartes postales me donnent l'occasion d'une pensée pour mes amis vignerons dans la Côte du Rhône gardoise, et aussi vauclusienne. Cette année sera difficile, la vigne a été cruelle. Un coup de froid début Mai, suivi des épisodes de canicules et de l'absence d'eau cet été, a donné une vigne fatigué. 
Les chiffres qui sortent des caves à l'issue de ces vendanges sont comme un soir d'élection à Solférino : c'est catastrophique. Entre -40 et -60% de récolte cette année. Cela va provoquer de véritables soucis à certains vignerons de coopératives, ou qui font du vrac. Et dans l'ensemble, pour la filière, c'est dramatique. 


Quand je lui avais envoyé un MMS de ce coin, mon meilleur ami de Lirac m'avait dit, en rigolant "ramène moi quelques raisins, j'en aurais bien besoin...". Quoique je ne sais pas trop ce que feraient nos vignerons de ce pinot noir. Quoique pour la plupart ceux sont des magiciens quand ils jouent avec les cépages, les cuves et qu'ils mettent ça en bouteille. 


A part ça la rentrée c'est bien passées pour mes bébés. Et s'occuper un petit en CP qui veut tout lire et tout déchiffrer, et doit en plus faire des devoirs le soir, c'est particulier. Ca montre qu'on vieillit... Et c'est bien dommage.




Le renouveau de la politique vraiment ?

Il paraît que la fin du cumin des mandats était l'occasion d'un vent frais de renouveau dans la politique. Il paraît que En Marche et la bande à Macron, ca devait être une respiration nouvelle, de la fraîcheur dans la republique.

C'est vrai qu'on a du renouveau dans ce mandat. On a des députés qui mordent, d'autres qui font payer les visites de l'Assemblee nationale. Des députés sur lesquels pèsent des soupçons de favoritisme sont élus président de leur groupe. On a Claire O'Petit (qui ferait regretter Nadine Morano). 

Et on a M'Jid El Guerrab qui est nommé membre de la commission de défense... 

Je ne sais pas si c'était mieux avant, quand la France Insoumise n'avait pas de groupe a l'assemblée nationale, et quand des députés maire de "Vieux partis" donnait une image un peu plus digne dans l'hémicycle, avec cravates et tenues normales. 
Je ne sais pas si c'était mieux avant, mais je ne suis pas sûr que ça soit mieux aujourd'hui.

Sinon la victime de ce député ne va pas bien paraît il. Pensées de rétablissement à Boris Faure. 

jeudi 7 septembre 2017

Carte postale des hospices de Beaune (hôtel Dieu)

C'est difficile de prendre des jolis photos de cet endroit délicieux, pour deux raisons. Le soleil : y être un 14 Août à 15 heures, c'est avoir un fort soleil dans l'objectif. Le HDR ne fait pas tout...

Deuxième raison, c'est la difficulté à prendre des photos convenables en mode paysage. C'est endroit tout en long et en haut se prête au portrait. Sans doute un photographe expérimenté pourrait se débrouiller avec ces deux écueils. Mais moi non...

Mis à part ça c'était sympa et obligatoire de s'arrêter à l'Hotel Dieu de Beaune. Rebaptisé Hospices après le passage de révolutionnaires un peu obscurantistes sur les bords qui voulaient éradiquer (pensée insoumise) tout signe de chretienneté. Nos églises ont eu de la chance, en URSS les ancêtres des disciples soumis à Melenchon les ont brûlé et detruites...
C'est un joli endroit les hospices de Beaune. Je poste quelques photos de cartes postales pour marquer et partager ce passage. L'histoire est jolie, d'un couple de noble qui voulaient mettre leur fortune aux services des malades et des modestes. Wikipedia expliquera sans doute bien l'histoire.

La visite est agréable. On passe sur des orthographes anciennes qui peuvent faire drôles.

Et puis dedans on voit les hôpitaux dans une chapelle impressionnante. L'endroit est particulier...

Quelques photos rapides, postées en regardant les actualités. C'est terrifiant ce qui se passe chez. Oui aux Antilles. Je me souviens des inondations dans le Gard, qui furent des moments terrifiants en 2002. Je me souviens de ceux qu'ont vécu dès proches pendant les incendies cette année et l'année dernière.

Et pourtant j'ai l'impression que ce n'est rien par rapport à ce que vivent nos compagnons guadeloupéens...

La vie continue pour les autres. J'ai une modeste et personnelle 
pensée pour ceux qui ont vécu cet enfer climatique...





mercredi 6 septembre 2017

Abjection insoumise

Il y aura un moment où il faudra qu'on arrête de nous parler du "danger du Front National" quand une personne comme ça, chef d'un groupe à l'Assemblée, vient proférer ce type de comparaison. Comparer Merkel (et Cazeneuve) au dictateur Maduro, c'est abject. 

D'autres, au siècle dernier, parlaient de détails pour évoquer les pires saloperies qu'ont pu provoquer l'humanité. Mais c'était avant : FI a rattrapé F' sur les outrances, les méthodes militantes et la philosophie de pensée qui exclue et élimine (ou "eradique").
Aujourd'hui, on compare des ministres de l'intérieur profondément républicain et des dirigeants démocratiques européens à des dictateurs. C'est vrai que Maduro a fait fermer des médias libres qui posaient des questions, ça fait réver la France Insoumise. En plus ils éliminent des opposants : c'est le kiff total.

Que des personnes qui font des alliances locales avec les personnes de la France Insoumise, et qui parlent de pouvoir gouverner avec l'ancien sénateur socialiste Mélenchon, arrêtent de nous parler de "Front Républicain". Cela ne rime plus à rien. 

Le danger et l'abjection est aujourd'hui du côté de la gauche de la gauche. J'ai beau me centriser de plus en plus avec l'age (sans fierté particulière...),  je reste extrêmement inquiet quand ce type de personnage prend la parole sans contradiction ni cri d'indignation d'autres qui aujourd'hui hurlent pour bien moins quand c'est de l'autre coté de l'échiquier politique. Pour ces mêmes personnes, Chirac et Juppé étaient des fascistes...

C'était abject hier matin l'interview de Melenchon chez Bourdin. Ces gens là parlent parfois "d'éradication" pour certains autres partis politiques, mais la République dans son ensemble devrait se poser la question s'il est bon de laisser pousser ce chiendent insoumis. 

mardi 5 septembre 2017

Carte postale de Beaune

La semaine de rentrée me donne cette jolie occasion de revenir sur les beaux moments d'un délicieux mois d'Aout. Beaune était un de ces moments délicieux, dans un écrin chaleureux. Ecrin est un joli mot définir cette ville que enveloppe, qui serre contre elle, presque qui protège.

Dans toutes les villes et les villages, le républicain et le chrétien que je suis se télescopent. Je cherche toujours l'église et l’hôtel de ville. La croix et le drapeaux. C'est ma façon à moi d'être un homme et de me construire en construisant une société que je pense la plus top possible. 
Des églises à Beaune y en a pas mal. Et l’hôtel de ville est vraiment très joli. Pendant la révolution française les amis de Robespierre (et aujourd'hui de Mélenchon) aimait le sang et couper des croix. Il ne faut pas rejeter la République pour autant, et église et république vont bien ensemble.

Même si à Beaune, pour y revenir, des révolutionnaires zélés ont voulu éliminer tout signe de religion chrétienne de l'Hôtel Dieu, rebaptisé par leur soin "hospice de Beaune", parce que Dieu vaut mieux pas en parler quand on génocide la Vendée. 

Les Hospices de Beaune... Non elles ne sont pas dans cette carte postale. Cet endroit particulier mérite une carte postale juste pour lui.
Alors on continue à se balader dans Beaune. Et à voir des rues qui m'ont évoqué la Bretagne et Dinan. Cette place par exemple...

Je ne sais pas le prix de la bière sur cette place, mais sur une autre j'ai payé mon 50 cl de Leffe au prix exhorbitant de 10 €. Ca fait juste 20 € le litre de bière, et c'est un peu honteux. Bon, le touriste que je suis l'avais payé. J'en avais discuté sur mes résosocios persos avec des amis qui connaissent le cours du houblon, et ils m'avaient confirmé que décidément c'était un pur scandale.

Ce qui m'avait gonflé sur ce moment d'apéritif et de bière, c'était aussi les deux jeunes trous du cul à mèches qui devaient à peine excéder les 20 ans, qui nous ont sorti deux cigares gros comme le chibre à Makélélé, et qui nous ont empesté la terrasse. Le pire est que le papa, une table à coté, a donné le briquet pour allumer leurs gros goumis. Une famille riche de Bourgogne qui venait étaler leur richesse en emboucanant une table de bistrot ? Aucune idée, mais c'était le laid moment de mes vacances.

Alors autant continuer à marcher. Le ciel était très bleu ce jour là, et il faisait une chaleur incroyable ce 14 Aout. 

Ici l'église principale de Beaune. Mais il est tard, je donne demain un cours à St Etienne (donc je me lève tôt), j'ai la flemme de rechercher le nom de l'église. Mais elle est joli. Un peu bizarre et dure à prendre en photo, mais elle rend bien.

Et dans les villes l'été, y a le moment où le soleil est plus bas. A la mi Août, c'est mieux que début Juillet car arrive plus tôt. Alors à ce moment les lumières s'allument, les monuments prennent une teinte différente. Les places ne sont plus les mêmes. L'ambiance change. 

A Beaune, les bars à vin font sortir leurs clients. Oui, ça fait très bobo qui boit son verre de blanc payé hyper cher dehors, avec son pull sur les épaules. Mais c'est sympa. Et en vacances, quand on a bossé toute l'année pour quelques moments sympas de détente avec ceux qu'on aime, et bien c'est bien. 


Le reste c'est que la rentrée c'était hier. Après deux jours je suis presque épuisé, et j'ai deux jours de route (Professeur Faucon va professeur à St Etienne et Montpellier : ça tombe bien c'est à coté). Bah j'ai une semaine de podcast du Moscato show à écouter, je le ferai pendant mes heures de route.

Mais à Givors demain je tournerai à gauche et ne monterai pas jusqu'à Beaune. Tant pis...

lundi 4 septembre 2017

Carte postale de Meursault

Mon matin du 15 Août était une aventure. A la recherche de la boulangerie ouverte, du café accueillant. Et du petit déjeuner. Si en plus je pouvais trouver un dealer de l'Equipe, j'aurais senti que j'étais le Roi du monde. Du moins de Bourgogne.

Et puis je suis arrivé à Meursault. Ma grande vadrouille estivale m'a amené dans ce petit coin de la Côte d'Or qui porte bien ici son nom.

C'est tout petit Mersault. Mais quelle belle place de village. L'hôtel de ville ne mérite pas de commentaires. Elle se regarde. Simplement.

L'église est belle aussi. Placée au centre du village. Elle même entourée par des vignes apaisantes, chaleureuses. Mersault se vie et se sent aussi hors des murs.

Les vignes... si je devais faire un classement des blancs favoris, Mersault serait dans le haut du chapeau 1. J'ai eu des émotions fortes avec ce vin, notamment lors d'une dégustation en 2007 dans une cave de ce village. C'était y a 10 ans, mais je me souviens des images que j'avais ressentis en buvant ce vin.
A part ça, la rentrée de les enfants se sont bien passées. Le CP pour le grand est un grand moment.