dimanche 22 décembre 2013

Quenelles (ou pâté chaud)

Dans le Forez, il y a une délicieuse recette à base de quenelles. Falconette et ses parents (boucher charcutier traiteur à la retraite) l'appelaient "pâté chaud".

Ce soir, Falconette a eu la délicieuse idée de nous en préparer. Pour préparer Noël. 

Après sauces, champignons et passage au four, nous avons ce plat délicieux et odorant qui nous est servi...
J'ai choisi un vin simple pour l'accompagner. Un côte du Rhône primeur d'une cave particulière à cinq minute de chez moi...

Ça donne un truc exceptionnel. Ces bons plats du dimanche soir en hiver...
C'est merveilleux les quenelles. 

Sauf que des connards ont décidé d'utiliser ce joli terme de "quenelles" pour désigner un geste abruti. Qui prétend, ce geste, être "anti-système". Un jour, il faudra que ces révolutionnaires à deux balles se mettent d'accord et viennent rédiger un joli texte pour expliquer ce que c'est, le "système". Et ce que c'est, d'être "anti-système". Parce que aujourd'hui, à part être con, je n'ai pas encore compris.

Enfin bon, ils ont décidé, ces prix Nobel "anti-système", de donner le joli nom de "quenelle" à un salut nazi à l'envers, utilisé par des gens dont la tolérance et la grande ouverture d'esprit ne feront pas forcément avancer l'humanité... (mais je ne crois pas que ça sera leur but).

Mon copain l'Hérétique a écrit un joli billet à ce sujet. Spammé par quelques intelligents qui viennent hurler des "queneeeelles" toutes les trois minutes, tel le bon adolescent boutonneux qui vient de décider de dire "fuck" à ses parents, pour lutter contre le "système", qu'il encule forcément (c'est un rebelle après tout...).

J'ai le triste souvenir de mes 20 ans. Mes belles années d'études dans une école au dessus du Vieux Lyon, ce coin de France délicieux où la quenelle est à la sauce Nantua, au brochet parfois. 
 Ils auraient du utiliser un autre vocable, ces abrutis qui rendent mon pays difficile à vivre...

Mais sinon, mes beaux parents ont décidé de nous gâter ce soir. Le pâtissier de leur petit village forézien propose de jolies petites buches, que nous irons manger avec grand plaisir en buvant un peu de vin doux, et en regardant un joli Paris Saint Germain - Lille...

J'en profite pour rappeler l'existence de mon modeste blog de bonne bouffe. La Table du Faucon. Que j'alimenterai de ces jolies quenelles.

Les vraies.


14 commentaires:

  1. Je me tamponne de ces conneries de quenelles, mais à mon sens, il faut être vraiment un obsédé monomaniaque du nazisme pour y voir un salut nazi à l'envers, une sodomisation des victimes de l'holocauste, pour reprendre la formule de je ne sais plus quel abruti des milieux autorisés à s'approcher d'un micro.

    La vérité, c'est qu'il suffit d'un débile au verbe facile, un peu bateleur sur les bords, pour qu'une armée d'andouilles suivent, puisqu'ils ne peuvent exister qu'ainsi. Quand on observe les clichés des abrutis quenelleurs, on ne peut que s'étonner de la profusion de nazis noirs, jaunes, arabes, etc. Pourtant, l'ordre noir n'avait pas vocation à unir les couleurs comme Benetton. Donc... il serait bon d'arrêter la fixette sur une bêtise.

    En revanche, si j'étais à la place des citoyens vigilants qui s'horrifient de la montée d'un pseudo-nazisme de pacotille, parce qu'on aime se faire peur, je me demanderais ce qui peut fédérer autant de personnes différentes contre le système. Mais la république, vieille pute édentée à bout de souffle ne risque pas de se remettre en question. Le mal, c'est la autres, obligatoirement, c'est une recette vieille comme le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Koltchak,
      Pas de fixette. Un simple avis de ma part. Qui vaut autant que le tien, d'avis.

      Par contre, ton dernier paragraphe prouve une fois de plus que et sur le fond, et sur la forme (je t'en foutrai moi, des vieilles putes), nous sommes en désaccords.

      Supprimer
  2. Vive les vraies quenelles !

    RépondreSupprimer
  3. Ahhh celles de Giraudet à Lyon !!!

    RépondreSupprimer
  4. Ma moitié voulait en commander pour Noël.j'ai donc profité de l'occasion pour lui expliquer ce nouveau sens du mot.elle m'a regardée avec des yeux ronds puis à lâchée : normal qu'ils aient l'air con vu la haine qu'ils ont dans le cerveau.
    Et le menu? Ho ce sera beaucoup plus exotique avec Piments et safran .Mais pas forcément aussi bon ;.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit Louis,
      Il faut en manger et s'en régaler, des bonnes quenelles. Et emmerder ces cons.

      Supprimer
  5. Perso, je ne fais pas dans le détail avec tous les enculés de quenellards. Un argument, et après, je les insulte. De toutes façons, ils ne comprennent pas autre chose, ces salopards de merde, alors autant ne pas se priver. Et Dieudonné en tête. Mais Dieudonné, il est ridicule : il joue au SA mais il ignore ce qu'ils lui auraient fait, les SA en question. Tous les blacks qui soutiennent Dieudonné parce qu'il est black sont des gros cons. Faudra pas venir pleurer et hurler au racisme ensuite, quand il sera trop tard.
    Quant aux autres petits cons de FAF, le coup de barre à mine dans la gueule est le dernier mais le meilleur des arguments contre eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rodrigo, sinon, à part les insultes ?
      (Parce que ça rend des positions avec lesquelles je suis plutôt d'accord complètement nulle et à la masse, les insultes)

      Supprimer
  6. Je n'y peux rien si les adeptes de Dieudonné ne sont sensibles qu'à cela. Sérieusement, je pense qu'il n'y a pas à argumenter avec eux, ou peu. Dieudonné est un prétexte. Ces gens-là savent très bien ce qu'il dit. Quand il regrette que Patrick Cohen ne passe pas dans une chambre à gaz, ce n'est plus la peine de débattre d'autant que ce n'est pas la 1ère fois qu'il est priw en flagrant délit d'antisémitisme.
    Ce type est minable et malhonnête. Il ne faut pas être trop aimable avec lui. Et il s'allie en plus avec des gens qui considèrent facilement les Noirs comme des sous-hommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rodrigo,
      Tu as raison et je suis d'accord avec toi. Et ton deuxième commentaire me va parfaitement.

      Sauf que je déteste l'insulte, parce que je trouve qu'elle décrédibilise un discours, une position. Quand c'est une position avec laquelle je suis plutôt d'accord (cf la tienne), ça m'emmerde qu'elle soit décrédibilisée par une somme d'insulte et d'injures, qui font peut être du bien à ceux qui les sortent, mais qui cassent tout.

      Moi non plus, je ne discute pas (ou plus) avec certaines personnes. Les "anti-racistes" qui sont plus racistes que ceux qu'ils prétendent combattre ne m'intéressent pas. Les Dieudonnés, ceux qui le soutiennent bêtement par exemple, ne sont pas des gens avec qui il est possible (à mon avis) de discuter.

      Mais il y a simplement, je pense, à montrer aux gens ceux qu'ils sont vraiment. Sans les insulter, sans être plus cons qu'eux. Ils se ridiculisent tout seul.
      Simplement, soyons à la hauteur...

      Et ce n'est pas de l'amabilité. C'est de l'efficacité.

      (c'est un simple avis...)

      Supprimer
  7. Voilà, ça au moins ça a de la gueule !

    RépondreSupprimer
  8. Voilà, ça au moins ça a de la gueule !

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison. Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. L'insulte non. Et il est interdit de venir casser les roues du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Commentaires anonymes non acceptés (je vire).