mercredi 18 décembre 2013

La soupe est bonne... (un peu écœurante, mais bonne)

J'ai écrit la semaine dernière un billet pour soupir sur l'UMP, qui met en tête de liste aux élections européennes dans l'Est Nadine Morano. Une personne qui a largement contribué à faire perdre la droite républicaine en 2012, et qui représente aujourd'hui tout ce que l'électorat déteste dans ce camp. 
L'UMP continue à se décrédibiliser, après avoir "élu" à sa tête le pire président possible en la personne de Jean-François Copé. C'est terrifiant et pénible pour l'électeur de droite que je suis...

Aujourd'hui, je découvre que le syndicaliste Edouard Martin sera la tête de liste du Parti Socialiste pour les élections européennes. Dans la même circonscription. Cela fera peut être plaisir aux salariés de la sidérurgie dans le coin, qui ont eu leur Gandrange et leur Florange. Des promesses présidentielles non tenues, d'un camp et de l'autre.
"Un sidérurgiste de Mittal enfin reclassé" moque l'ami David Desgouille. Ça serait drôle si ce n'était pas écœurant. 

A défaut de résoudre efficacement les problèmes, le pouvoir aujourd'hui fait de la politique avec une relative habileté. Un rapport sur l'immigration ici avec des propositions délirantes pour faire monter l'extrême droite, quelques steaks distribués ci et là à quelques syndicats (Chérèque, Martin...) pour les calmer et faire avaler des Florange et autre foutage de gueule... 
Finalement, le prix de "la paix sociale" vaut environ 12000 €. Un siège de député européen. Les salariés de la sidérurgie lorraine (et les français dans leur ensemble) apprécieront...

Et Florian Philippot et le Front National, dans cette circonscription électorale, se régaleront. Cela ne me dérangera pas que sa liste obtienne largement la tête dans le Nord-Est.
Moins ceux qui tiendront les bureaux de vote : l'abstention sera énorme. Mais vu que les principaux partis politiques nationaux ont décidé de continuer de se foutre de la gueule des électeurs...

4 commentaires:

  1. À force de lire des trucs, j'en tire une conclusion : le PS n'avait le choix. Sinon, le type serait allé vers un autre parti...

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas,
    Peut être. Mais on a toujours le choix...

    Et on peut être amer. Surtout vis à vis d'Edouard Martin. Qui aura bien manoeuvré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit que je ne suis pas amer. J'essaie juste de trouver des raisons pour ne pas insulter Désir.

      Supprimer
  3. Nicolas,
    J'ai lu ton billet, que j'ai trouvé très bon. Le meilleurs sur l'histoire, parce que je suppose que tu l'as écrit avec ton cœur et que tu dois avoir grave les boules de voir la manière dont Harlem Désir mène le parti majoritaire aujourd'hui.
    (je n'ai pas commenté car au boulot on ne peut plus commenter, mais j'aurais pas dit autre chose que 'bravo'... Ce que je vais faire tout à l'heure tiens).

    Si les partis voulaient écoeurer les français de la politique, l'UMP et le PS ne s'y prendraient pas autrement...

    RépondreSupprimer

Bienvenue dans ma maison. Ici, Le respect qui accompagne la critique et le débat est le bienvenu. L'insulte non. Et il est interdit de venir casser les roues du taulier que je suis (et des autres commentateurs).

Commentaires anonymes non acceptés (je vire).