mercredi 31 octobre 2007

Salaire du Président : augmentation indecente ?

Il est difficile de ne pas céder à des tentations "populistes" lorsqu'on entend que l'assamblée vote une augmentation de 140 % du salaire du président de la République, sans parler du budget élyséen. Difficile... C'est idiot, mais ça reste difficile.
Personnellement, j'ai du mal à éviter...

Sur le fond, je ne suis pas forcément choqué que le Président de la République ait un salaire conséquent. Il ne me semblait pas que Mitterand ou Chirac, par le passé, se soient trouvé dans le besoin et se plaignaient de leurs pouvoirs d'achat, mais soit...
Je milite depuis longtemps pour un vrai statut de l'élu. Pour que le Maire d'une commune modeste ait un vrai salaire. Ce qui permettrait de ne pas voir uniquement des professions libérales, des fonctionnaires, ou des salariés, occuper le poste de Maire. Donc que le poste de président de la République soit "correctement" rémunéré, cela ne me choque pas.
Ce qui me choque, ce n'est pas le salaire. C'est l'augmentation de salaire. Et la forme...

Cela tombe mal. Actuellement, la tendance est à l'alignement 'vers le bas'. La tendance est à la rigueur. Cela ne me choque pas : le pays est exangue, les finances publique à sec. Tout le monde fait des efforts. Pour sauver la planète, pour sauver la sécurité sociale, on demande des efforts, légitimes et que je veux bien comprendre, à tout le monde.
Or, que voit on ? On demande aux fonctionnaires de voir leurs régimes de retraite alignées sur le plus défavorable, et le Président de la République devrait voir son salaire aligné sur celui du premier ministre, ce qui est un des arguments pour justifier cette hausse ? Le message de la majorité, pour laquelle j'ai voté, lorsqu'il va falloir demander au plus grand nombre des efforts, sera brouillée... Difficile d'aligner une majorité de gens vers le bas, et quelques uns qui n'étaient pas les plus à plaindre et qui en plus sont rémunérés via l'argent public (on parlait de dette publique), vers le haut.

Cela tombe mal quand le prix du gasoil dépasse les 1,15 euros, alors qu'il était au dessous de 80 centimes il y a à peine 3 ans. Cela tombe mal quand arrivent des avis d'impots locaux qui ont conséquement augmenté depuis l'an passé. Cela tombe mal quand on demande au citoyen de sauver la planète via des écotaxes et autres taxes carbones, quand on demande à ce même citoyen de sauver la sécu via les franchises médicales.

En bref, cela tombe mal quand on a fait campagne sur le pouvoir d'achat, et que l'hiver arrivant ce dernier se trouve mal en point, parce que taxes supplémentaites, parce que hausse des produits de base, parce que pas de hausse de salaire générale...

Enfin, sur la forme toujours, grand bravo à l'Assemblée Nationale. Une majorité qui se couche, tel le chien que je rève d'avoir, et dont je me demande s'il serait aussi obéissant qu'un député UMP de base.
Je ne parle pas de l'opposition. On entend la gauche hurler et faire du bruit comme les élèves à la cantine quand un verre tombe par terre. Et puis lors du moment du vote solennel, ils sont absents... Lire les dépeches apprend cette nouvelle qui me rend la gauche de mon pays aussi crédible qu'une sélection de Raymond Domenech. Cela me semble assez grave...

Au final, cette nouvelle plus la minipolémique la semaine passé sur le finance du Nouveau Centre me fait craindre une chose. La gauche n'a aucune crédibilité : à part crier, elle ne propose rien. Et lorsqu'il faut voter contre, elle est aux abonnés absents. L'UMP quant à elle me semble toujours plus crédible que ce triste PS dont je souhaite, en tant que citoyen, une renaissance rapide qui se fait attendre depuis 2002. Mais la politique actuelle du pouvoir en place me parait contestable et discutable.

J'avais dit sur ce blog et ailleurs, au soir du 7 Mai, que je n'étais pas triste de l'élection de Sarkozy. J'ai voté pour lui au deuxième tour. Pas un chèque en blanc, juste le vote d'un citoyen qui le pensait plus crédible et moins dangereux que son adversaire du soir (qui est où au fait ?). Mais qui demeurait libre de son vote, de ses opinions, de ses coups de coeur, et comme ce soir de ces craintes, voire colères.
La campagne de Sarkoy s'est faite, en majeure partie, sur la défense du pouvoir d'achat. Cela lui a valu beaucoup de suffrages venant d'un électorat de gauche qui n'avait aucune confiance en un tandem Hollande - Royal qui jouait une coupable comédie. J'avais dit ici que si Sarkozy trahissait cet électorat, et les 53% qui avaient voté pour lui, la déception serait à la hauteur de la colère qui s'abattrait dans les urnes.
Je pense aujourd'hui que les extrèmes prennent un plaisir à lire les journaux le matin. Et je pense que les LePen et les Besancenot, peut être pas aux municipales (trop tot), feront trés mal dans les urnes.
Parce que Nicolas Sarkozy est en train, peu de temps aprés son élection, d'oublier à qui il la devait. Parce que la gauche reste dans une posture purement négative et caricaturale d'opposition stérile et frontale.

J'espère sincérement me tromper... Ou alors j'espère que la majorité actuelle, qui possède en son rang des gens censés et intelligents, remettront vite le gouvernement sur des rails plus républicains. Et que les personnes responsables et adultes du PS feront de même dans leur opposition.
Sinon, l'accident de train risque de faire des victimes, en premier lieu notre République.

PS : Quelques blogs qui parlent du sujet, avec des arguments ou des positions parfois en adéquation avec les miennes, parfois différentes. Pierre Catalan, le Boulognais du Québec, ou le trés bon blog dont j'ai parlé ici de Lomig, Expression Libre. Duex positions opposés, mais complémentaires. Il y a pleins d'autres blogs qui doivent parler de ce sujet, mais bon...
PS bis : non, la photo n'a rien à voir avec le sujet. Mais la campagne Auvergnate est tellement belle : nous sommes là au dessus du Puy en Velay, et je trouve les paysages magnifiques...

mardi 30 octobre 2007

Football des campagnes

Valprivas - Chapelle d'Aurec. Le score final est de 7 à 2 pour les locaux.


Plus important que le score et le match lui même, c'est cet instant. Le vrai football des campagnes. Un stade avec les montagnes du Velay en fond de scène. Des gars qui reprendront le travail, leur travail, le lendemain.
Et autour du terrain, des enfants qui joue sur la touche avec un ballon et des blousons. Des femmes, des parents, des vieux, anciens footballeurs, collègues, qui viennent voir. Des chiens aussi. Un teckel, et un gros poilu. Et au fond, des vaches ruminent, impassibles, insensibles aux vivas de la foule, et au bruit du cuir et du sifflet.

Je ne peux pas ne pas parler de Sochaux - Marseille samedi soir... Mais j'en ai presque honte, tant je passe du foot rural à celui rutillant d'une Ligue 1 qui n'en finit pas de décevoir, de me décevoir. Je passe sur le match de mon équipe, qui rate un pénalty et encaisse deux "csc". Malchance, maladresse, nullité absolue, je ne sais pas. Triste, abattu, oui, ça je le suis.
Je ne parle pas non plus, quand les responsables de Valprivas s'occupent de la buvette, de cette minable guère des gangs au sein de l'OM. Qui sont ces ElGlaoui et De Labrosse qui veulent le firmament de la célébrité ? Qui sont ils, sinon ceux qui peuvent, si "on" les laisse faire, tuer l'OM pour leur seules gloires ?

Ce soir, Marseille Metz en Coupe de la Ligue. Dimanche prochain, où jouera Valprivas ? Je ne sais pas. Peut être je m'en moquerais, et pourtant, c'est là bas, le vrai football...

samedi 27 octobre 2007

Automne, entre deux saisons

L'automne reste une saison étonnante... Aujourd'hui, la photo d'en haut à droite. Toujours mon coin préféré pour courrir. Les jardins de l'ile, à Roquemaure. Grand soleil. Soleil froid, sans nuage. Avec autour de moi les couleurs de l'automne avancée. Ces vignes qui ont été vendangés il y a peu, au début de la coupe du monde de rugby... ou fin de l'été, selon son référentiel temporel.

Aujourd'hui d'ailleurs, c'était agréable de courrir sous ce ciel sans vent. Trés agréable, même si j'aime aussi à me promener sous le ciel d'hier.
Et celle dessous à gauche, c'est hier soir. Le ciel, tel Yorito, le héros du trés beau dessin animé "Sola", j'ai pris en photo le ciel. C'est con, mais je trouvais l'image jolie. L'olivier provencal contraste un peu avec le ciel trés sombre.

La suite ? Pour moi, c'est demain départ à Saint Hilaire Cusson la Valmitte, la maison d'enfance de Falconette. Le haut Forez, à la limite entre Loire, Haute Loire et Puy de Dome. La cheminé est une obligation, dans ce village de 300 ames (et autant de vache).
Cet été, nous avions fait du vélo. Les images de dessous sont des prises de vue dans les chemins. C'était déjà trés vert en Aout. Aujourd'hui, les couleurs doivent être magnifiques : je me languis d'essayer le Lumix TZ3 que j'ai entre les mains... Peut être pas à vélo : les chemins doivent être trés glissant...

(Intermède pour Lomig, auteur du magnifique blog "Expression libre" : le TZ3 est plus difficile d'accés que mon ancien Kodak Easyshare. Notamment pour l'acquisition automatique des images par Windows. Je suis un peu déçu de ne pouvoir tirer le plein parti de l'utilitaire Windows qui est performant : cet appareil photo est reconnu comme une cléf USB, dommage.
Sinon, bien qu'il soit plus lourd, et plus compliqué, j'adore l'utiliser... Je trouve qu'il prend des beaux clichés, et les photos de nuit sont vraiment pas mal du tout... Viens ici, tu verras ce que ça donnes ^__^)

Intermède passé, revenons à nos vaches du Forez, départ demain donc. Et ce soir ? Pas de Sochaux - Marseille, à mon grand désarroi. Triste de louper un match de mon équipe préférée. Non, un repas avec ma maman politique, qui m'a bien remonté le moral y 3 semaines... J'en avais besoin. Et des anciens compagnons, amis maintenant, mais plus vu depuis longtemps. Y aura de l'émotion dans l'évocation d'anciennes cantonales ou le référendum de 2000 sur le quinquennat (je me souviens de mes arguments du non, heureux d'avoir eu raison à l'époque...).
Oh, je sais qu'il y a aura des moments difficiles pour moi. Les élections locales de Mars 2008 seront inévitablement évoqués. Ainsi que mon role. Celui que j'aimerais avoir, et celui que différentes personnes aimeraient me donner... Encore faudrait il qu'elles s'accordent entre elles pour avoir la même vision de moi... Et puis me demander un petit peu mon avis aussi. Que je donnerai. Mais pas ce soir : j'ai envie de passer une bonne soirée...

Peut etre je blogguerai demain. J'avais envie d'écrire sur les franchises de santée... Oh, je maitrise mal le sujet. Mais pareillement à ma colère suite à cette blague du Grenelle de l'Environnement, il me semble, une fois de plus, que les deux items "raison" et "bon sens" (nom de la liste municipale avec laquelle je fus élu...) sont deux mamelles sur lesquelles ils seraient bon parfois de venir se ressourcer... Et j'ai l'impression que cette énième réforme du système de financement de la sécurité sociale en manque énormément, de raison et de bon sens...

Enfin, j'en parlerai demain. Ou au retour de mes vacances. Là, je vais manger.

PS : La musique est une chanson que j'ai eu au moment de la dernière montée cette aprésmidi... Une chanson tirée du dessin animé Blood+, qui reste un des meilleurs de ma fin 2006. Le genre de musique qui, quand tu as un coup de mou, te refait partir la machine trés vite, trés bien... C'est bien de courrir en musique.

vendredi 26 octobre 2007

Grenelle environnement : une juste cause permet elle n'importe quoi ?

En Septembre 2003, le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin augmente le gasoil de 3 centimes d’euros le litre. Après avoir mis un terme à la TIPP flottante, cette bouée d’oxygène pour le portefeuille du pékin moyen, Raffarin décida d’augmenter le gasoil « pour raisons écologiques ». Toutes les recettes supplémentaires devaient permettre de développer de ferroutage et les véhicules propres.
Octobre 2007, à quoi ont servi ces 3 centimes d’euros le litre supplémentaires ? Des véhicules propres ? A part la Prius de Toyota, au prix bien peu écologique pour le porte-monnaie, très peu. Ne parlons pas du ferroutage. Mais voilà, les taxes eurent augmenté à l’époque. Et comme c’était pour la bonne cause écologique, chut ne disons rien : protéger la planète demande privations et sacrifices…

Le Grenelle de l’Environnement accouche donc de cette idée révolutionnaire : faire payer, une fois de plus, l’automobiliste. L'enemi désigné de la planète. Notamment via une vignette écologique, et la taxe carbone chère aux Nicolas Hulot et Sarkozy (augmentant le carburant de 10 centimes le litre). Des éco-taxes dont personne ne devra se plaindre : politiquement incorrect malheureux ! Toi, automobiliste moyen, français moyen, tu paieras pour sauver la planète ! Les transporteurs et autres professionnels de la route continueront à payer l’essence moins chère, les entreprises continueront de se voir exonérer de taxes sur les carburants, mais nous, toi, moi, nous, non. C’est nous qui allons sauver la planète… (aux armes citoyens comme dit la chanson…)
Le pompom de la pomponette, c'est que, d’après les informations ce matin, ces éco-taxes financeront des "baisses de charges pour les entreprises"… Encore une fois, c’est toi et moi, couillons moyens, qui sommes les pollueurs à abattre et qui devont sauver le monde par notre porte-monnaie...

J’en ai marre que ces « bons sentiments » permettent d’aller, une nouvelle fois, ponctionner le français moyen. Le ferroutage, qui peut s’y opposer dans l’idée ? Ca coûte 3 centimes de plus par litre au gars qui va bosser… 5 ans après néanmoins, on peut se demander l’efficacité d’une telle mesure, mais ce serait presque politiquement incorrect. Là, on nous demande un nouvel effort, pour « sauver la planète »… Qui oserait être contre, sous peine d’être taxé d’égoïste ?

Allons plus loin dans mon raisonnement, dans ma colère du jour. La canicule fait un carnage sanitaire en 2003. Parce que les pouvoirs publics étaient absents et totalement dépassé. Résultat ? Pour « la solidarité entre les générations », vous, salariés, travaillerez un jour de plus gratuitement. Pour vos aînés. C’est beau comme du Brassens… Dans le même genre d’idée, le cancer et Alzheimer sont des fléaux. Mais peut on quand même contester cette idée de franchise sur les dépenses de santé qui, une nouvelle fois, frappera le français moyen ? Même si est mis en avant une cause oh combien légitime, et qui personnellement me tient à cœur ?

Une cause qui mettra tout le monde d’accord, et derrière des mesures franchement contestables, je n’aime pas cette politique. Trop de mort sur les routes ne valident pas, à mon sens, cette frénésie policière quand les gens rentrent du travail sur des "zones pièges". La défense des droits d’auteur et de la création n’autorise pas ces nouvelles taxes sur les supports numériques, mettant les prix en France largement au dessus des moyennes européennes. Et la sauvegarde de la planète n’implique pas forcément cette culpabilisation du quidam moyen par cette demande nouvelle de sacrifice.
Surtout que pendant que la vignette sera mise en place en France, les voitures étrangères continueront de polluer. La Prius ne verra pas son prix baisser. Et les entreprises américaines et chinoises continueront de fumer.
Mais le français moyen aura fait sa pénitence : le monde est sauvé. Pour combien de temps ?

PS : j’aime bien la photo de mon ancienne voiture… Ma ZX d’époque, acheté en 98’, pendant la coupe du Monde. J’en ai fait et connu, des choses avec elle… Dans l’ensemble, des belles choses. Dans le coffre, le chargeur CD qui ne jouait pas encore du Kajiura… Et à coté, l’ancienne voiture de mon papy, qui mourra un jour d’hiver 2003’ sur le parking de l’usine à mon papa… Quand le Rhône déborde, il ne fait pas dans le sentiment. J’ai eu un peu de peine quand même…

jeudi 25 octobre 2007

Première photo, devant la cheminée

Je parlerai demain du Grenelle de l'Environnement... (sérieux, des choses m'ont bien échauffé...). Mais ce soir, première photo prise avec mon nouvel appareil photo.
Pour l'instant, je trouve le Panasonic TZ3 moins ergonomique que le Kodak... Mais aprés 5 ans avec une marque, il faut un temps d'adaptation : normal.

Photo de votre cher serviteur devant sa cheminée, un verre de Lirac (Domaine Beaumont) à la main. Et France Football de la semaine dernière. Oui, c'est une pose que j'ai prise : mon salon n'est pas comme ça. Et oui, demain j'irai dehors jouer avec l'appareil photo, mais ce soir il pleuvait.
La pluie qui donnait plus de force au plaisir de boire du vin devant la cheminée...

(maintenant, comment avoir une connection PC optimale ? on verra demain...)

mercredi 24 octobre 2007

Dernière course de la saison le soir , à Roquemaure ?

Je n'ai pas de problèmes particuliers avec le changement d'horaire. J'aime les saisons. J'apprécie de savoir que Novembre arrivant, il fera nuit quand je quitterais mon bureau. Et que je me mettrai devant une télé jacquetant soit la Star Academy, soit le match de foot du dimanche soir 18 heures, avec la nuit dehors, ma robe de chambre, mon whisky. J'aime savoir que Mars finissant, une deuxième journée s'offrira à moi en rentrant le soir chez moi, avec cette luminosité particulière qui, du jour au lendemain, annonce l'été. Quand j'étais étudiant, les beaux jours lyonnais où le soleil se couchait plus tard.
J'aime les saisons. Et j'aime le passage à l'heure d'hiver, avec tous les sentiments qu'elle m'apporte. Le sentiment d'être l'enfant qui voit les vacances de la Toussaint et Noel se rapprochés. Ou l'hiver et le froid partir, six mois plus tard.

La mélancolie est une seconde nature chez moi. Ce soir, je suis allé courrir en rentrant du bureau. De 17h45 à presque 19 heures. Je n'avais pas d'appareil photo avec moi. Demain, je recevrai mon Panasonic TZ3 à grand angle qui remplacera le Kodak qui a fait son temps. Et je voyais, le long des jardins de l'Ile, à Roquemaure, le soleil se coucher derrière "la plaine", derrière l'autoroute qui avait vécu le drame de Juillet 1995'.
La photo aurait été sublime si j'avais eu un appareil photo. Je n'avais que de la musique dans les veines. Hyde ou Lama, je ne sais pas quelle chanson passait à ce moment là. Mais à ce moment, j'étais comme Saiga de Speed Grapher ou Yorito de Sola, j'avais cette envie folle d'avoir un appareil photo dans les mains pour immortaliser ce ciel de braise, au delà de ces vignes. Mais non, j'ai continué de courrir dans ce coin assez superbe de Roquemaure, dont je propose ici quelques photos qui datent d'il y a une quinzaine de jours.

Dans quelques jours, de ces heures là, il fera nuit. Je pense que je ne courrais plus, du moins pas sans mon polaire, peut être dessus une veste réfléchissante. Je ne sais pas. J'aurais sans doute toujours Kenji Kawai ou Raphael dans les oreilles. J'aurais plus froid aussi...

Bien sur, ma tendance serait de faire un bilan de cette saison écoulée. Qui m'a vu revenir à Roquemaure. Chez moi. Vraiment chez moi ? Je n'en ai pas, ou plus, cette impression. Je me fabrique une nouvelle vie, une nouvelle époque, mais non, je ne me sens pas vraiment ici "chez moi". Ni ici, ni dans mon village d'enfance qui a donné le pseudonyme qu'aujourd'hui je porte.
Quand je monte à Lyon, je ne me sens pas chez moi non plus. Ni chez ma belle famille, le Forez, ce n'est pas ma région. Marseille alors ? J'avoue m'y sentir bien, comme quand je vais à Nimes. Mais non, ce n'est pas chez moi non plus... Je n'ai pas à me plaindre, je ne suis pas un déraciné, et je sais sur quelles tombes me reccueillir : elles ne sont pas bien loin. Mais quand même...
Ce sentiment de solitude qui, par moment, plus en ce moment, m'étreint, peut être provient il que mon retour est en fait une arrivée. Et qu'il faut que je l'accepte comme ça. Bon, vous avez raison : passons...

En rentrant de courrir, j'ai passé un coup de fil à une ami "de web". De ma deuxième période "Saint Seiya". Celle aprés les historiques, mes ami(e)s. Et mes douleurs. Celle où Falconhill existait déjà (peut être était ce l'éphémère Fab30 ?). Cette amie, prof de français, vient d'être muté. Toujours pour rester dans une drole (malsaine ?) de mélancolie, c'est dans le pays de Gex, à Divonnes les Bains, qu'elle a été mutée. Elle voit le Mont ventoux. J'avoue qu'elle voit aussi un paysage que j'ai vu, peu, mais qui m'a laissé un souvenir impérissable. Et une douleur qui reste malheureusement vivace...

Et puis au final, il y aura eu ce Marseille - Porte, en League des Champions. Marseille aurait mérité 100 fois de perdre, mais le courage (et la réussite) auront donné un point au club de mon coeur. J'en suis ravi. En plus Marseille reste en belle position pour une qualification en huitième de finale de League des Champions, j'en serai ravi...
Et en plus, la soirée fut bonne. Avec mon ami vigneron préféré, et un de mes anciens supérieurs hiérarchiques maintenant responsable de sa société, et bon collègue et ami. Quelqu'un avec c'était (et ça reste) sympa de passer de bons moments, et de travailler (quelqu'un qui fait que le monde professionnel n'est pas que l'antre du Diable...).

Je ne cache pas que la soirée a encore joué avec ma fibre nostalgique. Soyons clair, j'ai trop le coeur, en ce moment, pour ne pas laisser suinter cette fibre qui m'ennuit, mais me fait me souvenir. Et j'aime me souvenir, car souvent ceux sont de bons souvenirs. Gex était un de mes plus beaux souvenirs, même si la suite me provoque encore des cauchemars plus de 5 ans aprés...
J'ai une mémoire auditive, même si une oreille ne fonctionne plus trop. Ma madeleine de Proust, c'est l'oreille. Souvenir assez récent : un animé que j'ai vu fin Mai, arrivant de peu dans ma maison roquemauroise. Cette musique est une chanson tirée du dessin animé Utawarerumono. Je l'avais vu en Juin, j'avais adoré Utawarerumono... cette chanson (Romy, la chanson marche), elle m'évoque cette période bien sur. Mais aussi les premières chansons japonaises entendues en 2000. Sans doute quand je suis monté à Gex, il y en avait dans mon autoradio CD. Quand je suis monté à Saint Chamond 4 moins plus tard, et quelques kilos en moins, je suis sur qu'il y en avait. Des tristes, pleines de mélancolie : celles tirées de Kenshin, Escaflowne, Evangelion, sont pleines de larmes et de sensibilités.
Moi elles me touchent.


Allez, c'est tard. je parlais de courses à pied sous soleil couchant, j'ai fini sur des dessins animés japonais. Au dodo. Marseille a bien joué. Demain j'ai du boulot. La vie continue, toujours. Jusqu'au prochain changement d'heure, et bien longtemps aprés...

mardi 23 octobre 2007

Revue de presse, et journée de la glande.

J'ai toujours froid. Avant de me remettre au boulot, ballade sur Internet, et ma revue de presse. Je cherchais, à vrai dire, sur quelques sites d'actualité bien "comme-il-faut", à savoir si "la journée de la glande" était relayée. Cynique ma démarche ?

Le Figaro n'en parle visiblement pas. Il présente par contre un sondage, "utilisez vous Internet au bureau à des fins personnelles ?". J'ai répondu "oui". Comme 75% de personne à l'heure où j'écris ce billet. Je ne juge pas de la fiabilité des réponses...
Sur le site du Monde, rien non plus sur cette journée. Par contre, deux billets ont retenu mon attention. Suite aux suicides chez Renault cet été (j'avais écris ce billet...), un article sur un rapport jugeant les troubles psychosociaux élevés au technocentre de Renault. J'ai un ami de promotion qui y travaille... En lisant cet article, j'avoue me sentir davantage éloigné des préoccupations de certains syndicats voulant reconduire la grève de jeudi dernier. Il me semble que la santée (morale) des salariés, et leurs conditions de travail, est un sujet important. La défense des retraites également. Mais j'accorde plus d'importance aux conditions de travail des salariés (dans leurs ensemble) qu'à la sauvegarde du régime de 2% des salariés de ce pays, c'est vrai (je confesse...)

Un autre article assez édifiant sur le désengagement des cadres du privé dans leur travail. Quand je vois la manière dont j'ai été traité dans une autre vie, et dont ont été traités certains autres cadres, je comprends qu'on ait moins envie de se prendre des coups pour permettre à un grand directeur de payer une Audi TT à sa femme à Noel. Simplement, le management doit se faire, théoriquement, en respectant et en valorisant le travail de tout le monde. Cadres et uvriers inclus. Quand Sarkozy dit que toutes les strates de la société qui produisent des richesses doivent recevoir le fruit de leurs travail, ça parait logique... Les incantations, c'est bien, quoiqu'un peu fatiguant à la longue...

Je suis allé sur l'Usine Nouvelle, sur le Point, le Nouvel Obs, l'Express (je ne mets pas les liens, c'est chiant et bon...), le Parisien, rien... Par contre, ça parle de Gauthier-Sauvagnac... (soupir)
Sur l'Equipe et FranceFootball, j'ai cherché, de plus, une réaction de JM Aulas au match Lyon-Monaco. Lyon a littéralement volé ce match via des erreurs d'arbitrage flagrantes et un plongeon magistral de Govou. Mais là, non... Silence d'Aulas. Ah ? Bon...

Je suis même allé sur le site de Libération (si...). Je n'ai même pas trouvé la page économie du journal. Bon...

Je n'ai pas été exhaustif. Sans doute sur des sites d'actualité alternatif, j'en aurais lu deux trois mots. Mais rien sur ces "gros". Tant pis.
De toutes manières, je trouve ce type de journée totalement idiote, presque insultante. Travailler, cela n'a rien d'infamant. Et etre efficace et "rentable", ce n'est pas démoniaque. C'est bien de produire un peu de richesse, pour la société, pour soit même. Aussi pour les deux trois qui jouissent de notre travail tout en haut, bien sur...
Allez, j'ai froid. Mais j'y retourne. Mon café est fini.

lundi 22 octobre 2007

Froid. Déjà...

Le Mont Ventoux. Géant de Provence.

Pourquoi cette photo qui date de l'an passé ? Parce qu'elle est belle et qu'elle me plait. En outre, elle me permet l'occasion d'un modeste billet dans ce blog qui n'atteint pas forcément des sommets hautement intellectuels. Simplement les sommets de ma région, ceux dans lesquels j'aime à me ballader.

Cette photo aussi, prise en décembre de l'an passé, parce qu'elle m'évoque ce froid sec et venteux qui déferle en ce moment en basse vallée du Rhone. 12°C au milieu de l'aprésmidi, c'est encore supportable. Sauf que déjà, mes modestes membres pas si frèles que ça n'en peuvent plus : je n'aime pas le froid, je le crains. Hyoga n'est pas mon ami.
Et lorsque les bureaux de là où je travaille n'ont pas encore les chauffages en route, je souffre. Physiquement. Moralement, ce n'est pas ça qui m'atteint en ce moment.

Donc pendant que je parle chevalier du cygne et montagne provencale, je ne disserte sur rien d'autre. C'est vrai. Laporte est ministre, et je m'en fous. Guy Mocquet a fait polémique aujourd'hui à l'école ? Je trouve l'attitude de certains professeurs aussi ridicule que n'était infantile la décision présidentielle de mettre en avant une lettre qui avait ému le Roy de l'Elysée. Les syndicats de la focntion publique veulent remettre le couvert ? Je remarque que le mien n'en fait pas parti. Peut être a t'il suffisament d'autres sujets, plus sérieux, à s'occuper ? Je l'espère, sans trop y croire à vrai dire...
Donc comme je n'ai rien à dire, je parle météo, et je regarde le ciel, et le Ventoux. Pas brillant le Faucon : il devrait aller se coucher...

dimanche 21 octobre 2007

Fin de l'été, et apologie de l'artisanat







Ce soir, Marseille reçoit Lens, en championnat de France de première division. J'espère une première victoire "à la maison", contre l'équipe de celui dont les posters ornaient les murs de ma chambre, et qui recevra, je l'espère, une ovation en entrant chez lui, dans son stade. JeanPierre Papin, entraineur de Lens, un de mes rares idoles...

Aujourd'hui, il fait froid. L'été est fini. La piscine a été vidée, nettoyée, traitée, et bachée. Le vent souffle, et il fait toujours plus froid. Je sais que le thermomètre de ma Modus indiquera toujours plus que celui de la Mazda de mon amie de Lorraine (à laquelle je pense en ce moment, un musique de Final Fantasy X passe sur mon Winamp... Celle que je propose en début de billet...), mais j'avoue que cette pensée ne réchauffe pas tellement mes doigts frémissant sur le clavier... L'été est bien fini. La bache verte sur la piscine ne fait que rajouter un argument supplémentaire à cette logique d'automne.

Ma cheminée marche. Pourtant, ma chaudière est sauvée... Celle qui hier ne répondait plus, a connu une réssurection artisanale.
Hier soir, nous avons laissé sur la messagerie de notre plombier, celui qui nous a permis d'aménager en temps et en heure de part sa disponibilité et son travail. Et à 14 heures, je le vois arriver, avec mes parents, et sa caisse à outil. Un dimanche aprésmidi où Milan AC ne parvenait pas à prendre les devants contre Empoli, mon plombier était là...
Finalement, rien de grave. Un circulateur s'est mis en arrêt. Parce que calcaire, parce que sécurité suite à l'absence de courant ? On ne sait pas. Par contre, la led verte qui dit "ça marche" est en fait défectueuse...

Et alors que j'allais chercher mon portefeuille pour son travail, ce dernier, souriant, me fit signe que non. Il avait une autre chaudière à sauver dans le village. Et qu'il ne buvait pas de café, refusant ma deuxième marque de gratitude sincère...
J'ai un plombier magnifique... Si vous cherchez un plombier avec un sens du service qui fait plaisir à voir, demandez donc au Faucon...
Sur le reste et le final ? Weekend calme... Toujours une petite douleur qui ne passe pas. Peut être la Karmelite que je vais apaisera un peu cette petite ame qui est un peu vague en ce moment. La période d'octobre me rend ces absences tellement plus visibles que les présences, bien réelles quant à elles. Enfant gaté, encore.
Dans la semaine, je rebloggerai un peu plus "utile" que ce que j'ai fait ces derniers temps. Mon nombril doit être un peu plus discret... Arettez de ne parler que de moi, même si je confesse que ca n'est pas forcément désagréable de s'épancher un peu. Un petit peu.
Et puis cette semaine, à part parler d'une grève que je n'ai pas cautionné, d'un divorce qui ne me fait jamais plaisir, je ne sais pas s'il y a eut beaucoup d'évènements dont j'avais envie de parler...

Si... La Coupe du Monde de Rugby est finie. Certains en seront ravis. Pas moi, c'est bien de voir des matchs entre amis. J'irai peut être à Perpignan voir jouer ce numéro 15 Sud-africains, qui hier soir a éclaboussé un terne match de sa classe de surfeur... C'est beau ce sport. On redescendra sur terre avec le Top 14... Qui restera toujours plus beau que la triste Ligue 1.
Et le ciel reste aussi bleu et froid... Dernière photo toute bête : un ciel bleu, monochrome... Sola (ciel en japonais) était un dessin animé que j'ai beaucoup apprécié, avec un jeune mélancolique qui vouait une réelle passion pour le ciel... Le prendre en photo... En fin de semaine, je recevrai peut être ce nouvel appareil qui remplacera l'actuel, né un samedi aprésmidi à la FNAC de Marseille, qui a bien servi, et est bien fatigué...

Bon apéritif, bonne fin de weekend.

samedi 20 octobre 2007

Cheminée allumée

Ca commence par une blague. Un ami du travail m'appelle pour m'inviter à voir la finale de rugby. C'est 14 heures. Je dis oui. A 16 heures, il me rappelle : chaffeau fuyant, bordel, innondation. Reportons donc le repas de ce soir : y aura d'autres matchs...
17 heures, l'eau de mon bain coule : elle est froide. Je vais voir mon chauffe-eau : il ne marche pas... Coupure de courant de la nuit dernière : la carte d'alimentation du chaffe-eau, aprés diagnostic, n'y a pas survecu... Plus d'eau chaude, pas plus de chauffage, de tout le weekend. Et lundi, une note qui promet d'être douloureuse. Problèmes de riches propriétaires sans doute... Je ne sais pas, je n'ai pas, ce soir, le recul et la philosophie nécessaire.

un point merveilleusement positif : l'inauguration de notre cheminée roquemauroise un soir de finale de Coupe du monde. On est deux, devant la télé. Je bois du vin. Quand je ne suis pas devant le PC. Et j'ai chaud finalement : en plus d'être, je trouve, magnifique, la cheminée a une utilité réelle. La chaleur est douce, et s'harmonise à merveille avec celle provoquée par l'alcool qui coule dans mes biens douloureuses veines ce soir.

Aprés ? Je me rends compte que j'ai peu disserté, cette semaine, sur les évènements "du monde". Me penchant, encore une fois, sur mon nombril. Parce que je ne veux pas partagé la peine du premier des français. Je la respecte, je suis triste pour Sarkozy Nicolas, sincérement. Mais j'ai aussi un peu beaucoup de mal au niveau de l'estomac, et un peu plus haut... Vers ce truc qui bat, la petite pompe qui mécaniquement sert à allimenter un peu toute la machine en sang, mais qui sert aussi aux poètes et romantiques pour de belles compositions. A croire qu'en ce moment, mon potentiel de compassion est trés limité... Désolé, j'en parlerai à mon psy.
Je me rends donc compte que je n'ai eu aucun commentaire sur els grèves de la semaine, sur le rugby. Si, une phrase qui exprime toute l'aigreur que j'ai pour la justice de mon pays qui condamne Courbis, libère Cantat, et ignore des jeunes qui, dans les rues de mon village, s'amuse à crever des pneus de voiture et dévaliser des salons de coiffure. Mais ne jamais juger la justice de son pays et une règle, et ne jamais commenter non plus. Donc je me tais.

Et je vais finir ma soirée dans un Merlot du village d'Orsan. En face de Marcoule. Belle cave coopérative. Devant Claymore ou du rugby, je verrai.
Et je pleurerai sur mon sort demain. Sur ces tracas d'une vie de propriétaire, et sur un sentiment d'être un peu seul... Malgré des bons enfants et des gentilles foréziennes autour de moi. Peut être suis je trop exigeant... Quand ça fait vraiment beaucoup mal au ventre, des exigences devraient savoir être réguler par des coups de pieds au cul. Je vais aller m'auto botter le fondement, et demain nous parlerons vin ou politique (ou histoire d'amour, ca fait la une des quotidiens nationaux les jours de grève ça...)

jeudi 18 octobre 2007

Anniversaire, encore un. Mais là, une bele chose pour moi, peut être la plus belle


Une simple musique. Tiré d'un des meilleurs animés de l'animation japonaise... Un animé avec de merveilleuses musiques. Et un manga qui est une merveille. Nicky Larson pour les Dorothéphiles. Mais en version originale, cela s'appelle "City Hunter". Et c'est une merveille...
Le manga, c'est du bonheur. Du drole, du 'non censuré', et des moments de bravoures à la limite de l'épique. Un héros charismatique, et un environnement divin. Et quand ça passe en animé, si la traduction française eut été charcutière avec la censure qui va avec (et qui transforme un hotel de passe en restaurant végétarien), l'ambiance musicale demeure. Et c'est du trés bon.

Simple prétexte pour parler d'une date anniversaire pour moi (une autre), importante. 5 ans aujourd'hui. Je lui dis souvent merci. Mais vu ce qu'elle m'a apporté, au moins cette force de croire en demain, je ne le dis pas suffisament...

Une simple musique, que je trouve très réussi, pour dire ce que je peux ressentir, et remettre un peu en relief ces dernières années. C’est très pédant, égocentrique, oui… Je parle de ce bonheur, réel, alors que d’autres voient leurs compagnes partir car elles ont trouvé ‘mieux ailleurs’… J’ai déjà connu ça, un peu plus de 5 ans, justement… Je n’étais pas président de la République, mais je suppose que la douleur doit être sensiblement la même. Je suppose...

En fait, la première partie de la musique représente un peu la vie qui fut la mienne… Disons de la fin de mes études à l’ECAM jusqu’à la fin de 2002. Un début professionnel pas évident, une élection à la mairie de mon village, et le gravissement de diverses marches politiques importantes, au sein d’un parti politique d’envergure nationale.
Un départ dans la vie, avec cette volonté de tout manger, d’être le premier (pour arriver là haut, tout en haut de l’échelle, comme ces aigles noirs qui dominent le ciel). Sacrifiant des choses bêtes, comme une présence affective et des gens autour de soit qui nous apprécient. Mais à l’époque où mon cœur était fait d’orichalque, à quoi bon ?
A coté de ça, la découverte d’une communauté nouvelle, celle des « chevaliers du zodiaque », appelons là comme ça… Des gens que j’aime, que j’ai aimé, et que j’aimerai toujours je pense. La plupart sont devenus des amis, des personnes importantes pour moi… Une belle époque en fait, avec des points d’orgue importants : le cartoonist à Toulon, mes débuts à Marseille, Bruxelles, cartoonist de Paris… Et entre d’autres évènements personnellement important pour moi, voire fondateur.

C’est lorsque la piste arrive au temps 2’58 qu’un de ces moments fondateurs fait changer et le rythme de la musique, et celle de ma vie. L’orichalque trouve une lame qui peut le transpercer, et quand il se transperce, il coule. Salé comme des larmes...
A partir de ce moment là, très pessimiste. Tout seul je me retrouve. Tout seul ? Non, il y a des personnes présentes à coté de moi, à Marseille, à Paris, à Gien, en Belgique, je ne suis pas seul… Mais je ne suis pas bien. Comme la musique. Juste bon à boire du whisky de mauvaise qualité avec quelques glaçons, les lumières de mon appartement marseillais éteinte, le regard vide sur cette belle ville éclairée. Depuis un 22eme étage d'où on prend une hauteur et un recul pas des plus salvateurs.
Et mes ambitions ? Politiques ? Professionnelles ? A ce moment de la piste musicale, elles sont nulles… Je sais que ne n’arriverai plus à rien. Même à être heureux ?

C’est finalement un 19 Octobre 2002 que la musique rechange de tempo. Sur la piste, c’est le temps 3’37…Et là, tout repart. Vraiment. La musique devient plus entrainante, plus optimiste. Et tel l'aigle noir de Barbara, je prends un envol nouveau. Bien sur, y a du vent, des problèmes, mais que je suis bien. Heureux. Je vole. Je vole, mais pas tout seul.
Et c'est là où la musique continue plus forte, plus belle, allant vers devant. J'avoue, j'ai toujours le rétroviseur pas loin des yeux. Même c'est comme cette musique, j'avance. Car j'ai de nouveaux objectifs. Et un avenir qui s'ouvre et qui ne parait pas si mal que ça. Et le ciel est bleu. Ca vaut tous les bonheurs.

City hunter, c'est un animé superbe, avec de merveilleuses musiques. Une ambiance particulière, jazzy par moment, hilarante à d'autre. Et cette musique m'avait vraiment fait penser à mon parcours depuis 7 ans finalement... L'exercice d'écriture musicale valait le coup d'être tentée...
Merci à toi Momidji, Kaoru, Falconette, Poupouillette, quelque soit ton pseudo ou ton surmon... Merci. Et continuons encore un peu.

mercredi 17 octobre 2007

Réorganisation

Ce mot a un goût désagréable pour moi. J'ai commencé ma carrière professionnelle, la vraie, cette d'ingénieur dans le nucléaire, en Octobre 2001. A Marseille, première nuit aux Bons Enfants... Tout n'était pas parfait. Des moments durs. Professionnellement, parce que Paluel et les gens de la Centrale n'étaient pas des tendres, parce que le Faucon n'a jamais eu une grande confiance ni en lui, ni en ses compétences, et que le soir c'est dur de se coucher sans avoir peur du lendemain quand on est comme ça. Même si l'amie en lien plus haut aura toujours été là : si professionnellement j'ai pas trop mal loupé, ça aussi je lui dois...

En Février 2003, elle est arrivée. Avant elle la rumeur qui la précédait. Mais dans tous les couloirs de la division des technologie en milieu extreme du groupe dans lequel je travaillais, on en parlait d'elle. La "réorganisation". Celle qui devait tout changer, et tout révolutionner. J'étais à Marseille, au siège, là où les bruits sont le plus forts. A Bollene, les gens déménageaient à Pierrelatte. Là bas, des bruits moins forts, mais la résonnance fut tout aussi violente.
Nous étions en cravatte, dans un chateau appartenant au Groupe, dans le Lubéron. Et sur les transparents, elle apparaissait, la "réorganisation". Des gens, des cases, des liaisons, des termes nouveaux, des sociétés et services qui disparraissaient, d'autres qui apparaissaient. La plupart ne dureront pas. Mais d'autres, des personnes, étaient mortes sans le savoir : leur lettre de licenciement attendait dans le répertoire "mes documents" de certain(e)s haut-gradés.

L'ambiance fut détestable. Chasses aux sorcières, des gens qui donneront leurs démissions écoeurés et éreintés, des arrêts maladie, et une bonne ambiance totalement ternie par des gens qui aujourd'hui encore veulent quitter un coin qui avant était humain et sympa. Les chiffres sont bons pourtant. A quel prix ? Mais est ce une question importante quand l'action est belle et que les haut-gradés, ceux qui ont un drole de répertoire "mes documents", peuvent s'offrir une Audi TT par Noel (en plus de changer leur véhicule de fonction tous les 6 mois...) ?

A part de Février 2003, soit 1 an et demi aprés mes débuts dans ce groupe, le soleil est devenu sombre, professionnellement parlant. J'avais mangé quelques mois avant mon pain noir sentimental, celui professionnel aura un gout aussi désagréable. Et la mer fut remplacée par le canal Donzère-Mondragon lorsqu'arriva ma lettre de mutation. Et le début d'une fin qui s'est conclu par ma démission en décembre 2006, un an aprés un arrêt "thérapeutique" pour cause de professionnellement au bout du bout de mes modestes limites.

Ca fait 9 mois que je suis dans un groupe où je me régale. Une grande entreprise d'état. Je sais que tout le monde n'est pas aussi heureux que moi dans cette institution, je suis désolé pour eux. Mais moi, j'adore les gens avec qui je bosse, mes supérieurs, mon environnement, mon boulot. Heureux le cadre de 30 ans depuis quinzes jours que je suis.
Le bruit était pourtant présent depuis cet été : réorganisation. Encore... Pour donner un peu de "peps" à tout ça, il fallait réorganiser. Ah... Mais pas plus.

Mes responsables syndicaux venaient voir le jeune adhérent CGC plutot positif que je suis pour avoir des infos. Je disais que certains avaient peur. Mais bon... Moi non. Un peu loin de tout ça/
Et aujourd'hui, le document qui sera présenté dans dix jours aux syndicats... Et tout est fait. Des cases, des chiffres, des effectifs, des noms de service qui apparaissent, qui disparaissent.

Et tout recommence.

Et moi de me voir supposé mis dans un service dépendant huiérarchiquement d'à coté de Marseille, moi qui suis à coté de Pierrelatte... Marcoule, Cadarache, des chefs ailleurs, et quelque chose qui me parait recommencer. Et je n'aime pas ça. Conservateur je suis, le changement me fait peur, peut être. Mais là, trop échaudé encore, pour apprécier un bain froid.

Et je revois des visages sombres. Et tout recommence comme dirait Esther dans le retour du Zodiaque. Et je n'aime vraiment pas ça...

Aprés, la greve de demain qui ne valorise vraiment pas les syndicats qui la lancent (à mon avis... je suis favorable à la réforme des régimes spéciaux de retraite, et totalement opposé au principe de grève préventive qui bloquera un pays...), le divorce des Sarkozy (qui m'attriste), ceux sont des sujets importants.
Moins pour moi que mon avenir de ce soir où je fete 5 ans de chouttes trucs dans un bon restaurant. Et moins pour moi que mon avenir professionnel proche... Désolé. Egoiste je suis. Oui, c'est vrai...

PS : je viens d'apprendre... Horrifier pour Roland Courbis... Pendant que d'autres en sorte, lui y rentrera. Roland, bon courage et amitiés. Sincéres et respectueuses... Horrifié, pas d'autres mots.



lundi 15 octobre 2007

Lundi soir, je lis dans mon lit... et j'aime bien.

Il a fait beau ce week-end. Certes, l’Equipe de France de Rugby a perdu en demi-finale. C’est dommage. Certes encore, l’Equipe de France de football a gagné aux Iles Féroé. Je trouve cela dommage aussi… Mercredi soir je ne risquerai sûrement pas de regarder un match où un sélectionneur pense que le meilleur buteur du Calcio mérite moins sa sélection qu’un gosse de 20 ans pas titulaire dans son club ou qu’un attaquant monégasque (4 défaites de rang) s’étant considéré comme un « esclave » alors qu’il voulait quitter le club qui l’eut sorti de l’anonymat…

Non, ce fut un beau week-end, il faisait beau. L’été indien disait le chanteur…

Je n’ai finalement pas grand-chose à dire ce lundi soir où je laisserai mon amie jouer au volley-ball à Roquemaure… Lundi soir, soirée où je lis, tout simplement. Je lis. C’est agréable finalement, ce moment où je me mets dans le lit, tôt, très tôt, et où je me mets à lire. Une heure, un peu plus si l’entraînement dure plus longtemps. Et je lis, tout simplement…

Non, je ne lis pas des grands romans ou des textes d’un niveau qui ferait que je ne comprendrai pas toutes les subtiles phrases… Je ne continuerai pas la très bonne liste de notre amie Céleste sur mes 10 livres cultes. Mais je lis des bouquins qui me plaisent, pour la plupart. Je mets hors de la liste le pénible « Muséum » que j’ai terminé y a 10 jours. Un thriller parisien assez mauvais j’ai trouvé, prétendant disserter sur le Darwinisme et la foi dans la science, le tout sous un déluge de cadavres…
J'avoue qu'en ce moment où la politique me gonfle particulièrement, ceux sont les polars qui me branchent. Il y en a des trés bons...

Avant le triste Muséum, j’ai découvert un auteur de polar américain, Jonathan Kellerman, que j’ai vraiment apprécié. Son héros récurent, un psychologue pour enfant à la retraite (à 32 ans, bons placements financiers… amis capitalistes libéraux je vous embrasse ^__^) appelé Alex Delaware, et une écriture à la première personne qui me rappelait les bons moments passés avec les premiers Patricia Cornwell, à ma sortie d'école d'ingénieur. Et une écriture assez jolie, des phrases et des images vraiment parlante. Son premier Delaware, « le roseau brisé », parle d’un réseau de pédophilie. Pas très ragoûtant comme sujet, mais c’est écrit avec une délicatesse et un trait qui m’a vraiment plu. Du très bon.

Du très bon aussi le classique (maintenant) Harlan Coben. J’ai commencé la série des Myron Bolitar, un autre héros récurrent. Un agent sportif ancien basketteur professionnel, qui a eu la bonne idée de passer quelques mois au FBI. Cela donne un héros assez chouette et charismatique, dans le milieu sportif. Une écriture qui peut dérouter, mais qui là encore m’a accroché. Rien à voir avec le précédent. Beaucoup d’autodérision et dans l’écriture, et dans ce héros qui ne se la joue pas. Ce n’est pas de la grande littérature, mais les bouquins se dévorent.
Et surtout ce n’est pas du Dan Brown où on arrive à découvrir le coupable final dés les premières pages. Les enquêtes et l’intrigue sont fouillées, et il est bon ce Coben…

Le meilleur (?) pour la fin : Hening Mankell. Auteur suédois, qui nous plonge dans une Suède bien différente de l’image d’Epinal. Pas question ni d’ABBA, ni de Stefan Edberg. Les filles ne sont pas ces blondes plantureuses des publicités, et il fait plus froid qu’il ne neige vraiment. Mais une ambiance froide, fraîche, et surtout très prenante.
J’ai commencé par son dernier, « le Retour du Professeur de Danse ». Rien à voir avec mon amie des Bons Enfants (que j'embrasse). Méga rien à voir... Un livre qui montre une Suède dont je n'avais pas idée : forte présence d'une extreme droite carrément nostalgique du National Socialisme de nos amis germains. le tout avec un héros atteint d'un début de cancer à la langue, qui profite d'un arrêt maladie pour assister à l'enquete sur la mort d'un de ses anciens collègues flics. Et le tout sous une ambiance assez spéciale, mais qui m'a donné cette envie de chercher des informations sur la géographie de la Suéde, sur la Scanie, sur Kalmar...
Actuellement, je lis son premier : "les meurtriers sans visage". On reste dans la xénophobie de base, dans des petits villages suédois. Une peinture écrite d'un pays que je ne connais pas (à part son football que j'ai toujours apprécié), mais dont je n'exclus d'aller y passer quelques jours, pour le découvrir. La lecture de Mankell me le fait imaginer comme une Belgique, mais plus froide encore, avec plus de forêts. L'imaginaire d'un provencal, ça vaut ce que ça vaut...

Et je dis ça mais ça y est, je suis tout seul, et en pyjama. D'où mon lit qui m'attends, et Mankell. Aprés lui ? Oh, j'ai quelques bouquins politiques, quelques essais. D'autres polars, mais j'aime les polars. L'ésothérisme dedans n'est pas une nécessité, les redites du Da Vinci Code ne sont vraiment pas une obligation... Mais mon lit m'attends. J'y retourne.

PS1 : photos de ma bien modeste bibliothèque... Ma cave est plus fourni, et à coté, on peut entrapercevoir mon mur de dessin animé japonais et autres mangas. Rien à voir non plus. Oui, le Général et son premier ministre historique dominent le premier étage... Mais nous, les gaullistes, en plus de 30 ans, nous sommes peu nombreux...
PS2 : un gaulliste que je n'aimais pas y 6 mois, et qui me manque aujourd'hui, Dominique de Villepin. Phrase tirée d'un article du Figaro suite à son Grand Jury RTL de hier : "
Chaque fois que la France sort de la politique de l'indépendance nationale et de la politique d'équilibre entre les grands États, elle se trompe." Rien à rajouter. C'est elle la France que j'aime.

samedi 13 octobre 2007

La France est si belle...

... et Paris si beau. Souvenir de Paris, une photo des Invalides prise de nuit, y a deux ou trois ans, je ne sais plus. Le temps passe si vite.

J'aurais aussi pu mettre une photo de la statue de Sir Winston Chruchill à la fin des Champs Elysée...

Simplement un simple message pour dire que ce soir, je vais profiter de ce France Angleterre... A Roquemaure, un écran géant se met en place. Chez moi, on partagera le vin, le pain, et le ballon de rugby.

Et finalement le sport, quand tout le monde se rassemble et se retrouve, c'est joli. Et j'aime ça.

Finalement, c'est quoi que je veux célebrer dans ce billet ? La France, ce pays que j'aime, même si des fois ses habitants et/ou ses dirigeants ne font pas forcément honneur à ses valeurs et son histoire... Ou alors les vertues du sport ?
Je ne sais pas. Mais la France est belle, le rugby est un beau sport. La coupe du monde aura été belle malgré TF1. Et ce soir, mon coeur battra durant la Marseillaise.

Allez, allons célébrer la beautée de la France autour d'un verre de vin blanc. J'ai du Macon et du Laudun au frais...

vendredi 12 octobre 2007

Histoire amoureuse à Genève

Je trouve assez spécial (malsain ?) de ressentir ce besoin d’aller à Genève pour suivre une histoire amoureuse d’Etat. Parce que Genève et tout ce que cela représente pour moi, je suis amusé. Jaunement amusé avec mon sourire est empreint d’une légère amertume, mais quand même. L'actualité, aujourd’hui, se passe à Genève.
L’article du jour dans le Tribune de Genève sur l’exil de Cécilia Sarkozy, fait suite à des débats que l’on ne trouve ni sur le Figaro, ni sur le Monde. Les sites comme le Post, Rue89, Agoravox, se ruent sur l’histoire politico amoureuse du moment. Celle qui ne se passe pas loin de l’Elysée, où « couple » n’y habite pas. Mais rien sur les médias français traditionnels. De ça on n’en parle pas. Silence, blackout total.

Guy Birenbaum est cité dans la Tribune de Genève et dit cette vérité suivante : « Beaucoup de mes confrères ne parleront pas de séparation tant qu'il n'y a aura pas eu un communiqué de presse de l'Elysée pour l'officialiser ». Guy sait de quoi il parle. Et il parait avoir raison (même si les Grandes Gueules en parlent sur RMC Info en ce moment).

Je n’irai pas dans la facilité en disant « Sarkozy muselle les médias ! ». Je remarque qu’aucun média n’a parlé de la séparation de Royal, prétendante à l’Elysée, et Hollande, chef de file du premier parti de gauche du pays. Personne n’en a parlé, alors que visiblement tout le monde savait. Attendant que la Dame ne révèle la situation un soir d’élection législative…

Ce que j’en pense ? Pas grand-chose à vrai dire… La presse s’auto-censure, ça parait être un fait. C’est bien, c’est mal ? Je ne sais pas… Je dirai que pendant qu’on parle de ça, on ne disserte pas sur l’augmentation du pain et de l’essence, et que c’est très bien, mais en disant ça je me ferai taxer de populisme, à juste raison.
Donc je ne sais pas. Vie privée ? Non, quand tu es président de la République, tu n’as plus de vie privée (mais si ça te gène tu fais autre chose…). Donc je ne sais pas.

Mais les histoires amoureuses se finissant mal, je n’aime pas. A Genève ou ailleurs, je trouve cela triste. Qu’il s’appelle Sarkozy, Hollande, ou que ce soit mon ami d’enfance…
Enfin, je reste soit voyeur, soit citoyen intéressé, je ne sais pas, mais je « retournerai » à Genève, cette ville où je ne pense pas remettre les pieds et le cœur de sitôt. M’informer de ce qui se passe à Paris.
Si ce n’est pas paradoxal… Soupir…
(Photos récupérées sur l'excellent site hebus, présent dans mes liens)

jeudi 11 octobre 2007

Présidence de petit-déjeuner... Il est partout

Lu ce jour sur le Figaro du 9 Octobre : "Sarkozy préside le petit déjeuner de la majorité". Et le journaliste de se lancer sur une analyse de la perte d'influence du premier ministre, en occultant de manière assez peu professionnelle l'augmentation du prix de la brioche et du pain au beurre.

Même un petit-déjeuner... Il est quand même fort notre Président... (un peu omniprésent, mais fort...)

(le soleil vient de se lever, encore une belle journée, et il va bientôt arriver, le président UMP...)

PS : Moins drole, pour le Président en tous cas, ce que révèle "La tribune de Genève" : Cécilia serait partie à Genève... . Hors politique, cela ne m'amuse jamais qu'un couple se sépare, ou alors qu'un des deux veuillent quitter l'autre. Les déceptions (voire trahisons) amoureuses, que l'on soit l'homme le plus puissant d'un pays, ou bien un obscur ingénieur de 25 ans à Marseille, cela ne me fait pas rire...
J'avais écrit ce texte sur la première séparation des Sarkozy avant le référendum européen. J'étais dans une chambre d'hotel à Dieppe. Mon coté fleur bleue, facilement touché par ce genre d'histoire, je le reconnais, avait poussé jusqu'à un deuxieme billet en Janvier 2006. "Amourettes politiques et staracadémiques" je l'avais intitulé... pas du grand journalisme, juste le ressenti d'un citoyen.
J'ajouterai que quand j'entends Ségolène Royal dire "j'ai demandé à François Hollande de quitter le domicile familial", j'éprouve cette même peine sincère. Pour lui, et pour elle aujourd'hui, qui voit son ancien mari batiffoler dans Closers...

Pourquoi le PS est écrit en petit ? Peut être parce que ce n'est finalement pas bien important... Un couple risque de se séparer. Ceux sont nos amis suisses qui nous le disent... Genève... Soupir... Nicolas ou un autre, ce n'est jamais marrant. Moi en tous cas cela ne me fait pas rire...
Le petit déjeuner et Groquick, cela m'amuse déjà plus...

mercredi 10 octobre 2007

Arc-en-ciel d'automne à Roquemaure

J'étais, une nouvelle fois, trés énervé en arrivant, ce soir, à la maison. L'ouverture de Firefox m'appris que Ben Arfa était appelé en équipe de France en remplacement de Saha. Ben Arfa, 20 ans, pas titulaire à Lyon, plutot que le meilleurs buteur du championnat d'Italie.
On se calme. Je n'aime pas Domenech. J'en suis sur à présent. Je suis convaincu que cet homme est un danger et pour le football français, et pour le football en général, mais ce n'est qu'une conviction personnelle. Et un sentiment à présent : que je ne serai pas triste si l'équipe de France ne se qualifie pas pour l'Euro...

Donc il faut se calmer, et aller courir sous le crachat londonnien s'écoulant sur la jaune nature gardoise. Aller courir avec du Gundam Seed ou du Code Geass dans les oreilles : le générique du dernier épisode est une merveille.

Et puis en montant sur le plateau de l'autoroute dessus chez moi, la pluie s'est arrêtée. Comme si le ciel voulait me consoler "bon, l'Equipe de France de rugby, elle fait honneur, elle au moins, ne t'énerve pas petit Faucon mouillé, et regarde comme la nature est jolie".
Et les vignes répondaient à l'arc en ciel par un déluge de couleurs automnales.

J'aime l'automne. Je suis mouillé, j'ai froid, dedans et dehors, mais j'aime cette saison. Ca mérite bien un billet...

mardi 9 octobre 2007

Je ne reconnais plus Henri Guaino

A la sortie du midi, pendant, la café, je m’adonne avec un certain plaisir las au Wilfing (définition chez Eric)… En Wilfant, je suis tombé sur une dépêche du Figaro parlant de la guerre BHL – Guaino. Tout le monde n’en parle pas forcément, mais le tout Paris médiatique et intellectuel se régalera sans aucun doute de cette polémique qui fera la Une des émissions de Morandini ou d’Ardisson. Seulement ces milieux hautement parisiens ? Pas évident…

Mon wilfing m’a emmené également sur l’excellent blog du gaulliste parisien Christophe Carignano, qui se moquait du ridicule de cette guerre des boutons chez les intellos. Je ne cache pas que c’est ce blog qui m’a donné l’envie de ce billet, de ce soupir…

Déjà hier soir, mangeant les restes de nos nouilles au calamar devant le Grand Journal de Canal +, mon amie me faisait remarquer combien elle trouvait Guaino "fielleux", arrogant, limite abject. A la question du journaliste « que pensez vous du livre de BHL », le conseiller - anciennement – gaulliste de Nicolas Sarkozy répondit par un « qui ça ?» qui rappelait les meilleures heures de la campagne de Ségolène Royal. "Qui connaît Monsieur Levy ?" version Guaino, c’est du désagréable réchauffé. Le « qui ça ?» sera suivi de quelques commentaires méprisants du conseiller d’état qui étaient, à mon modeste avis, de trop. D’où la remarque de mon amie, qui comme moi n'est pas la plus grande fan du philosophe à la chemise blanche…
Ce matin, la guerre (peut être commencée hier soir) continue. BHL traite Guaino de « raciste ». Je pense que le terme est exagéré, mais quand se déchaînent les égos et les passions, on déborde…
Tel un obscur match de tennis, Guaino renvoie la balle : BHL est un petit con prétentieux. On reste dans les hautes sphères des élites intellectuelles françaises : héritage des lumières. La philosophie avec un grand "p", mais pas trop grand quand même...

A ce stade là, je reste un peu circonspect devant ces grands gamins qui nous jouent à qui pissera le plus loin dans la cour de récréation de la République... Qui a piqué la petite copine ou le gouter de l'autre, on ne le sera jamais, mais à vrai dire on s'en moquerait presque... Mais les choses ne s'arrêtent pas là.

Wilfer peut aussi vous emmener chez l’intervieweur du Grand Journal et de RTL Jean-Michel Apathie. Le jour de mon anniversaire, il écrivait ceci sur son blog : « Lors du Grand Jury, dimanche, Jean-Pierre Raffarin avait expliqué qu'il serait préférable que les conseillers de l'Élysée retrouvent le chemin du silence et laissent aux ministres le soin et la responsabilité des déclarations politiques. Croisant un ami de l'ancien premier ministre hier, Henri Guaino, conseiller de Nicolas Sarkozy, a eu ce mot aimable: "Tu diras à Raffarin que je l'emmerde." ». On reste dans le charme et la distinction. On reste dans le haut niveau intellectuel. C’est très joliment dit, avec des mots qui chantent tels le pur chant des oiseaux quand ils s'envolent du platane, juste avant de se délester de la petite crotte qui tombera à point sur le pare-brise sale de la Clio...

Début des années 2000, je wilfais moins sur Internet. Les blogs n’existais pas, et j’écrivais une fiction sur Saint-Seiya. Surtout, j’étais vraiment impliqué dans les arcanes de la politique politicienne. Je rêvais que Guaino, dont j'étais fan, dirige une liste gaulliste dans le Gard pour les municipales. Cet arlésien à Nîmes, c’aurait été génial… Finalement, Nîmes est géré par un gaulliste qui a fait un boulot appréciable (Fournier), et Guaino a préféré l'aventure parisienne. Le résultat fut décevant pour lui. J’en étais assez triste…
J’adorais Guaino. C’était vraiment « ma » famille de pensée politique. C’était l’idéologie de la campagne de Chirac en 95’ Des valeurs fondamentales qui me sont chères.

Par la suite, Guaino a rejoint Sarkozy. Une caution. En laquelle j’ai cru au début, c’est vrai. Trop peu de temps… Car ce n’était plus le Guaino de 95’ ou de 2001’ qui écrivait les discours. C’était un autre. Que je ne reconnais pas. Je ne reconnais pas l’homme arrogant, prétentieux, que j’ai vu hier soir. Je ne l’ai pas reconnu. Comme je ne reconnais pas, ou plus, sa patte dans la politique actuelle. Etrangère ou locale.
Avant, c'était un gaulliste "libéral républicain". Pas un atlantiste obsédé des caméras.

Tout le monde change… Je ne trouve pas toujours ça positif ou agréable. Dans le cas actuel, je confesse presque de la peine. Il faudrait pourtant que je m'habitue à être déçu... Soupir d’octobre...

samedi 6 octobre 2007

Ne pas s'énerver... avant de sourire

Roquemaure : 19h58
Respirer, calmement. La bière des trois pistoles , bien que remarquablement délicieuse, n'est pas suffisante. L'ivresse, pourquoi pas... Nécessaire, pas suffisant. Pas suffisant, pas ce soir.

Il n'y a qu'un seul Anfield Road. C'est tout. Que ce soit à la derniere seconde aprés une frappe magnifique, ou au milieu de la deuxieme période aprés une glissade du défenseur central, qu'importe... J'ai marqué comme titre "ne pas s'énerver", je viens de claquer la porte de la salle manger pour venir me réfugier ici. Je n'ai pas envie de sortir de mon bureau, j'en ai marre.
Pourquoi chaque match de Marseille me fait il ressortir toute l'aigreur que j'ai en ce moment dans ces putains de veines à la con qui ne sont visiblement pas suffisament alcolisées pour que je n'en ai rien à foutre ?

Il y a France Nouvelle Zélande ce soir, les drapeaux sont de sortie, et personne ne s'en plaindra cette fois. Pourtant, pour moi, la soirée est terminée. Plus provencal que français, mince, le Général qui est au ciel me regardera de ses grands yeux pour me demander de ne pas penser à de telles hérésies, moi le patriote gaulliste. Et pourtant ce soir, égoisme local. Egoiste tout court, parce que pleins de choses, parce que décidément le mal de ventre ne passe pas.

Simplement regarder le contre canal qui s'écoule au pied de la tour carrée. C'est Roquemaure, c'est le Gard, c'est la Provence. C'est joli. Une jolie photo. Mais là je m'en fous. Je vais manger des calamars en beignets.
Et je vais boire aussi...
Que la France soit belle ce soir quand même...

Edit 20h58 : Une Marseillaise et ça repart... C'est beau... Soupir

Edit 22h51 : Et là je suis heureux. Trés heureux. Merci Jauzion, merci tous. Merci... Je n'oublie pas, mais la peine est tellement heureuse à présent.
Du signe de la Balance je suis... Pas des gémeaux, mais presque pareil...

Merci les bleus

vendredi 5 octobre 2007

De l'insignifiant à la colère en passant par le ridicule, ma semaine...

Aprésmidi libre, demi RTT, merci Jospin. Tondre sa pelouse pour profiter des pluies de ce weekend, ballade en vélo sur les hauteurs de Sauveterre pour se ressourcer et aller consulter sa maman politique (lui pleurer dans les jupes ?). Et lire les actualités sur les sites de news, pour se tenir informer, pour essayer de sortir de ses soupirs et de son désinteret apparent sur tout. D'une déprime automnale d'enfant gaté qui préfère en ce moment jouer à Devil May Cry que de réfléchir et d'agir...

Et là, colère réelle. Bush refuse le terme de génocide arménien. Bon... Ma meilleure belle-amie (amis des néologismes je vous embrasse...) sera en colère ce soir et touchée par cette déclaration. J'ai profondément aimé la Turquie et les turcs que j'ai rencontré. Cela n'empeche pas qu'un peuple se grandit quand, comme tout être humain, il sait reconnaitre ses erreurs. Lorsqu'il s'obstine dans la négation, dans l'erreur, cela me parait être une faute que de l'encourager là dedans. Sans doute les USA ont des interets en Turquie, je ne suis qu'un pauvre gardois idiot. Mais je me dis que peut être, la franchise, c'est bien aussi dans les rapports amicaux.
Pauvre con de Bisounours de 30 ans et 1 jour que je suis...

Et là colère s'envole, et je me dis que finalement, heureusement que Marseille a fait un exploit à Liverpool cette semaine. Et puis sur le site lephoceen.com, je constate à nouveau que décidément, la différence entre un supporter con de Paris et un supporter con de Marseille est trés ténue... Des Ultras Marseillais demandent le départ des dirigeants, sans doute les mêmes qui l'an dernier ont applaudi ces mêmes dirigeants.
On peut être con, c'est un droit constitutionnel remarquez... Ces "supporters" se considèrent propriétaire du club. Sans doute sont ce les mêmes qui toutes les semaines, par des jets de fumigènes, occasionnent des milliers d'euros d'amende au club. Mais là, faire cette "fronde" de collégien le soir d'un exploit à Liverpool, c'est nul, c'est minable.
J'en ai marre de ces supporters à la con qui détruisent les clubs et les équipes.

Aprés ça, les histoires des caprices de Cecilia, de génétiques législatives, ou encore le fait du Roi qui décide qui sera le maire d'une ville de proche banlieue, je ne sais trop que dire... Oui, ça m'a interpelé. Ridicule serait le terme général.
L'histoire, les histoires, de Cécilia Sarkozy, c'est du ridicule insignifiant. Marre, nul, zéro. Cela valide ma position et ma vision sur Sarkozy Nicolas, que je ne vois pas comme un président de la République. Sa femme y est peut être pour beaucoup.
L'ADN, pas de commentaires. Sinon que je crois que l'immigration, et la manière dont la France est capable ou non d'accueillir et d'integrer ses immigrés, est suffisament important pour éviter de soit le polluer par un items aussi abjects que ces tests ADN, et pour éviter d'en faire LE sujet politique qui reçoit tous les ans l'honneur d'avoir "SA" loi sur l'immigration annuelle. Comme le Beaujolais Nouveau, tous les ans (3eme jeudi du mois de Novembre ?), la France a sa loi sur l'immigration... Le goût est différent de la banane. Et les problèmes, car il y en a, liés à une immigration qu'on ne sait maitriser, assumer, intégrer, refuser le cas échéant, ne sont pas résolus. Aucune politique de co-développement. Rien.
Par contre des artefacts type la loi sur l'ADN. J'ai une affection personnelle pour Charles Pasqua. Il a franchi allégrement le point Godwin cette semaine. Je ne suis pas sur de ne pas partager son avis néanmoins... Pas plus de commentaires sur ça : j'en ai marre qu'on instrumentalise un sujet qui mérite mieux que des crises épidermiques.

Sur Neuilly enfin... Sarkozy décide de qui sera maire. Travailler plus pour gagner plus ? Non, Devedjian avant, Teullé aprés, c'est un slogan, pas forcément une réalité... Un parachutage. Le cocu semble heureux face caméra. Moi, cela me révolte. "Rupture" entendions nous... Elle est où la rupture avec les pratiques puantes et odieuses de la politique qui faisaient que le Front National et l'extréme gauche explosaient les records y a peu, quand ce n'était pas l'abstention ?

Je me rends compte que mon bain a fini de couler. Et que j'ai peut être dit suffisament de conneries pour ce soir. Je parlerai donc de tout le bien que je pense de l'arrivée potentielle de Jack Lang à la chancelerie, puisque tout le monde en parle de ça... Rupture... Soupir...

Je terminerai simplement par mettre en avant un texte que j'ai trouvé magnifique de mon ami de blog Serval. Sur le NewDEL, l'ancien site de notre ami Guy Birenbaum, où chaque jour un auteur vient écrire un texte. Avant lui, Laflote, sur le harcèlement professionnel, et avant hier le gentil Cui-cui (quel pseudo marrant), avec un conte Jeandelafontainien (amis des néologismes...), avaient donné de belles couleurs à ce blog que j'aime bien.
Aujourd'hui, Serval écrit un texte automnal. un immense soupir talentueux. J'aurais aimé savoir écrire ce texte qui résume en grande partie mon état d'esprit. A défaut d'avoir le talent, soyons heureux d'avoir des copains pour le faire à notre place...

(non, pas de photos aujourd'hui... Du texte juste... Roquemaure demain, promis...)

jeudi 4 octobre 2007

Bon anniversaire majestueux dragon



Je sais, c'est idiot... Mais voilà, Shiryu est né le 4 Octobre. D'aprés le volume 13 de SaintSeiya, Shiryu est né aujourd'hui, et il a encore 13 ans.

Cette fois ci, je fais une infidélité à mon amie Pallas, que j'aime vraiment beaucoup. Mais j'ai redécouvert, via un forum d'amis de SaintSeiya, un fanartiste qui m'avait impressionné il y a quelques années. Quand Falconhill n'existait pas encore.
Randall Pizzardini est un des plus talentueux fanartiste gravitant autour de Saint Seiya et de cet univers peuplé de gens gentils (immense majorité). En plus, et ce n'est pas pour me déplaire, j'ai eu le sentiment, en lisant quelques unes de ses interventions, d'une humilité qui réhausse encore le talent. Mais quand je vois la modestie et la simplicité de mon amie Pallas par exemple, ou de personnes avec un réel talent, je me dis que la prétention et l'arrogance, finalement, n'est pas l'apanage de ceux qui ont le talent. Des autres, oui. Sans doute.

Du talent artistique, je n'en ai aucun. Presque sourd d'une oreille, incapable de dessiner autre chose que la tête à Toto. Et je ne me risquerai pas à écrire un livre de si tôt. Sans doute pour ça que je voue une réelle admiration pour les gens de talents, les artistes. J'aurais voulu être un artiste disait l'industriel chanteur. Peut être pourais je la chanter aussi cette chanson... Si seulement je savais chanter.

Drole de journée. Où Laurent Fournier devient l'entraineur du Nimes Olympique, et où le petit Matthieu m'a hier soir fait passer une soirée de rève. Aujourd'hui, il a plu. Je ne me sens pas si seul que j'aurais pu le croire y a pas si longtemps. Même si peut être certains manques ne seront plus jamais comblé. Tant pis. Même si...

Ce soir, je repasse encore à table. J'espère que ce repas, important, avec une personne importante à mes yeux et à mon coeur, ne me rendra pas trop triste... C'est encore de la politique là... Peut être un petit manque de carrure chez moi... La encore aussi, tant pis.

Joyeux anniversaire Shiryu.

mercredi 3 octobre 2007

Mélancolie d'automne, ou d'anniversaire...

Tout à l’heure, je quittais ce bâtiment au centre du site de Marcoule. Je revenais de l’atelier de reprographie, et marchais sur ce terre-plein central. Les yeux aux larges, où les deux anciens réacteurs expérimentaux dominaient les avants du Rhône, mon cerveau se mettait en mode nostalgie.

Me ramenant 9 ans en arrière, où l’élève ingénieur que j’étais effectuait un stage à Cogema, à l’atelier de traitement du linge de Marcoule. Mon bureau de stage étant en face de cet atelier de reprographie où j’allais ce matin, en tant que jeune cadre au badge bleu, passer une commande.
9 ans plus tard, je ne suis plus un élève, même si j’apprends toujours. Cogema n’existe plus. Et ce site est mon lieu de travail. Et tous les jours, lorsque je rentre au poste de garde, je prends conscience de ce bonheur que j’ai de voir le soleil se lever sur l’allée centrale, avec le Mont Ventoux en arrière plan…

Pour autant, je prends conscience aussi que depuis 9 ans, tellement de choses ont changé… J’avais 20 ans à l’époque, et la France venait de remporter sa coupe du monde de foot. Je nourrissais une ambition réelle. Garçon de droite, libéral, pensant qu’il fallait être le plus fort pour réussir, et tant pis pour les autres. La chanson de Goldman à fond dans ma ZX bordeaux, je me voyais le plus beau lorsque mes 30 ans arriveraient.
Mes 30 ans arrivent. Je ne suis pas plus beau que les autres. Je ne le regrette même pas. Néanmoins, le retour en arrière m’est quand même assez… Non pas douloureux, mais...

En 10 ans, je suis passé de mon école d’ingénieur lyonnaise à ce poste de cadre dans une grande entitée nationale, aprés un début de carrière à Marseille faisant suite à une pige à l’Isle Sur la Sorgues. Durant cette dernière, je me suis fait élire au conseil municipal de mon village. Avec une efficacité qui reste à prouver…
Durant ce septennat, j’aurais habité à Marseille, pour débuter ma vraie carrière d’ingénieur. Ensuite, de retour dans mon village, j’ai continué à écumer la France, pour « le boulot ». Ce boulot qui m’aura mis sur les rotules au sortir de l’année 2005. J’habitais à Sérignan du Comtat, maintenant je suis propriétaire à Roquemaure, le « village d’à coté », la capitale du canton.

Et moi durant ces 10 ans ? Je suis passé de l’état d’esprit de celui qui voulait tout bouffer à celui qui a réellement vu que ses limites étaient sans doute plus proches qu’il ne l’aurait espéré. J’ai connu un début de carrière honnête, mais qui ne restera pas dans les annales de mon école d’ingénieur. Politiquement, je ne suis rien. Et je n’ai même plus cette envie d’être plus. Finalement, ma vie personnelle et affective est sans doute ce qui aura le mieux fonctionné, ce qui n’était pas gagné. Au sortir de l’été 2002, le garçon de 24 ans que j’étais ne se doutait pas qu’il serait heureux sur ce point là. La douleur reste encore vive, mais je l’accepte, je vis avec. Je sais ce que j’ai perdu, encore plus lors de ces années suivantes. Mais je sais surtout ce que j’ai gagné. Et j’ai gagné, c’est indéniable. J’en reparlerai sans doute…

Et puis il y aura enfin les toujours éternels regrets. Mais je suis un éternel insatisfait. Aujourd’hui, Marseille et les années 2002-2004 me manquent. Mais quand j’étais à Marseille, c’était mes années d’étude lyonnaise qui me manquaient. Et à Lyon, je pleurais le Gard. J’ai bouclé la boucle, et pourtant en suis-je satisfait pour autant ?
Je mets, dans ce billet, des photos couleur sépia. Pas de grandes difficultés, PhotoFiltre est un logiciel d’une facilité déconcertante. Sépia, parce que mon village devient une histoire ancienne, quand bien même il m’aura donné ce pseudo, qui a remplacé le défunt FChaff un jour d’été 2002. Parce que Lyon, j’ai adoré, mais c’est tellement vieux ces dimanches à marcher Quai de Saône ou Parc de la Tête d’Or. Parce que même si je ne me sens pas réellement vieux, j’ai l’impression d’avoir derrière moi des moments que je ne reverrai jamais. Certains évènements personnels récents, qui m’ont touché, me validant cet état des choses. Certaines choses sont finies.

Bien sur, l’aventure continue. Et le couleur revient sur la photo de la tour carrée de mon village.

Je sais que pleins de belles choses m’attendent. Je ferai un jour le bilan de ces années de mes « vingt ans »… Quoique je l’ai déjà fait, ce bilan. C’était les années Chirac quelque part, mes années Chirac en tous cas. Sarkozy n’a pas ouvert qu’une nouvelle page pour la France, pour moi aussi. Politiquement, professionnellement, humainement, la page qui débute est différente de celles d'Octobre 97'.

Tout le monde change comme disent les poètes anglais...

Pas de tristesse chez moi. Simplement une mélancolie légère mais réelle. M’a-t-elle cependant un jour quittée, cette mélancolie ? Je n’en ai pas vraiment l’impression… La veille de mes 30 ans n’est finalement qu’un jour comme les autres où je soupire sur moi-même. Rien de nouveau sous le soleil, ou plutôt la grisaille.
Mais j’avoue que j’ai mal au ventre aujourd’hui… Ca fait un moment que j’ai mal au ventre… Peut être les 30 ans ne sont qu’un prétexte et la mauvaise raison, je ne sais pas... Mais ça, c’est un autre débat.