vendredi 24 avril 2015

Chaud soleil dans le Gard #30

Il y a une semaine, nous arrivions à Saint Malo de ces heures. Le ciel était couvert, un peu bruineux.

Aujourd'hui, il a fait une chaleur estivale dans le Gard. Longue promenade ce matin, dans les forêts qui se rapprochent du Pont du Gard. 25 km de marche en sous bois et en crête, avec des odeurs de nature en plein réveil. La garrigue revient, c'est chouette, c'est le printemps.

Il parait que cette nuit la pluie revient. Avec le mal de cou et de tête que j'ai, nous passerons le weekend sur le canapé...

Sinon en parlant de Saint Malo, c'était joli comme ville. J'aime bien le coté douillet de cette vieille ville au milieu des remparts. J'en écrirai un billet plus tard.

jeudi 23 avril 2015

Le cerisier passe au vert

Point cerisier de fin Avril. Les fleurs sont parties depuis bien longtemps. Le vert est de mise. Un joli vert que les "supporters" ou le petit président du tout petit club de Lyon (mais vraiment tout tout petit) ne pourront pas contester ou insulter.

D'ailleurs, un joli petit chien forézien sur la photo. Ce Forez peuplé de gens très sympathiques, dont ma belle-famille. Ces gens qui sont traités par le petit président de Lyon et certains de ses supporters bas du front de "bâtards" ou "d'autistes"... Voire de "parasites". Beautés et valeurs fraternelles du sport, mais pas chez certains.
Revenons en aux cerises. Elles sont vertes elles aussi pour l'instant. 
Elles devraient arriver en avance. Le printemps est chaud, et beau. Il parait qu'il fera 28°C demain après-midi. Je suppose que la première semaine de mai sera la bonne. 

Pour le cerisier du fond du jardin, et celui à côté de la terrasse. Qui va bien aussi, merci pour lui.

A part ça, l'envie de bloguer reste ce qu'elle est cette semaine. Même si force est de constater que l'envie de poster, et quelque part de partager, reste présente. J'alimente davantage mon grenier et ma table. Blogs confidentiels, mais ils ont le mérite d'exister...


L'actualité (politique, sociale, sportive...) est riche. Triste et inquiétante aussi. D'autres la commentent mieux que moi. 
J'ai tellement de dégoût et d'ecoeurement en moi que je serais sans doute trop caricatural dans mes commentaires. Le silence est parfois une bonne chose...

Je vais rester à regarder les cerisiers changer. Avec une fraîche bière à portée de l'iPad.
Pensée amicale à Nicolas. Joyeux anniversaire. 



Panoramique de Cancale

Il y a de la mer aussi en Bretagne.
Passage rapide le matin à la pointe du Grouin. Un peu de vent et de mer. C'est bien.

Joyeux anniversaire Nicolas sinon.

mardi 21 avril 2015

Carte postale de Rennes

Prendre des coups de soleil dans la capitale bretonne. Parce que longue promenade sous le soleil dans le parc du Thabor. Parce que bières place des Lices, avec un soleil couchant et brûlant. 
Et des marches dans la ville, entre travaux et voiture. 


Et le soleil. Il se couche tard dans l'ouest. Il était brûlant, l'esplanade Charles de Gaulle brûlait sous les pas. Jour d'été au printemps. Printemps breton. 

J'ai bien aimé l'ambiance de la ville, vers 18 heures. Avant, elle grouillait de camionnettes  et de travaux public. Avant d'attendre de se faire aspirer par la rue St Michel, la rue de la soif où les bières bretonnes blondes ou ambrées étaient vraiment agréable.
J'ai préféré fuir dans le parc de Thabor, où j'ai pris une caresse de bonheur...



Je ne sais pas si j'ai bien ressenti Rennes. La ville que j'ai vu n'était pas l'image que j'en avais. Mais elle m'a plu, cette ville travailleuse, sans immenses cathédrales pour en mettre plein la vue au passant en omettant le reste. Cette ville qui devient jeune une fois 18 h passée, 


Une ville qui vie, a fond les ballons. Dans ses rues. Dans ces parcs : je garde une image forte du parc de Thabor, rempli en cette chaude journée de vacances. 


Une ville vivante. C'est l'image que je garderai de Rennes...

dimanche 19 avril 2015

Carte postale finistérienne

La cathédrale de Quimper est extraordinaire... J'aime beaucoup la Lancelot qu'ils servent (je ne connaissais pas).
Blog toujours autant en pause que moi. Important d'essayer de se vider un peu la tête. 
La terre continue quant à de tourner. A mon avis n'importe comment, mais bon...

Sinon, que la Cathédrale est superbe...




jeudi 16 avril 2015

Tirer un peu le rideau et mettre sur pause

Des moments où comme une huître, l'envie de se refermer est grande. D'autres fois, il y a ce besoin de partager, d'échanger, de donner aussi. Pas cette fois. J'ai envie de tirer, un peu, le rideau.
Rien de grave. Mouvement de balancier éternel d'une vie personnelle qui est ce qu'elle. Des moments sympas, pleins. Des moments moins sympas, parfois même tristes. Parfois nécessité de partager, de parler, d'écrire. D'autres fois, celle de se taire et d'aller voir ailleurs.

Peut être que demain le clavier frétillera de nouveau, et ce billet sera effacé par un autre. La particularité de ces blogs où le billet chasse le précédent, où la polémique est effacée par une autre. Dispute non, puisque ce n'est pas dans la nature de ce que je veux faire sur le net de m'engueuler avec autrui. 

Le net a ça de bien finalement que déconnecter est quelque chose qui se fait assez facilement. Davantage que d'arrêter de boire un vin le soir j'avoue... 
J'avais écrit, ces derniers temps, des trucs pas très roses bonbons sur l'image que j'avais du net. Mais finalement rien de bien différent de ce qu'est, pour moi, la société aujourd'hui. Violente, un peu sectaire, pas forcément ouverte à la discussion. Le net n'est rien d'autre qu'une des représentations de la société, c'est comme ça...

Demain, le soleil se lèvera comme tous les jours. Mais je mettrai un peu la connexion 3 ou 4G que j'aurais ici et là bas sur pause. Ça fera du bien à mon iPhone. Et à tout le monde. 

mardi 14 avril 2015

Football français pourri la suite #TeamOL

Des années d'insultes sur l'arbitrage et sur les autres clubs et leurs supporters. Une mise en place d'une chape de plomb sur la ligue 1, avec intimidations sur les arbitres, et sur les instances de la Ligue. 
Et donc tout ça, ça vaut "deux matchs de suspension". Le petit président Aulas, qui fait un mal de fou à la ligue 1, a "deux matchs de suspension". Quelle honte...
Mais il peut, en toutes logiques, continuer à se foutre de la gueule du monde. De ces batards de stéphanois. Des marseillais, dont il rêve de prendre la place dans le gotha du football français. De l'ensemble du football français.

Nîmes a payé pour les conneries d'un homme. Lyon continuera, en toutes impunités, de profiter des saloperies de son président.  Et d'arbitres serviles : il fait peur, le président Aulas qui refuse de serrer la main d'un arbitre en finale de Coupe de la Ligue, et qui les insultes.  C'est dégueulasse.

Je suis écœuré. Le football français est pourri. 

dimanche 12 avril 2015

Weekend de printemps (mais bizarre)...

Weekend bizarre. Il a fait beau et chaud. Très beau et très chaud. 

La vigne commence à bourgeonner et à verdir. La nature est en total réveil, les odeurs sont magnifiques, quoique le pollen fasse mal en fin de journée.
Weekend bizarre. 

Un de mes plus proche ami (d'enfance) a été papa ce weekend. Nous avons un nouveau canapé, qui fera du bien à mon dos. Et le jardin a profondément été travaillé ce weekend.
A côté de ça, j'ai eu un accident avec le camion de location. Accident con. Je m'en veux. Les conséquences ne sont pas financières pour moi... 

Weekend bizarre. Où je n'ai pas eu le temps d'aller sur le net. C'est bien. J'écris pourtant un billet en cette fin de dimanche, mais j'aurais très bien pu ne pas. Cela n'aurait pas manqué ni au net, ni à moi.
J'aurais pu écrire encore tout le mal que je pense de ce football françaisQui a encore montré hier soir combien il était pourri (cf l'attitude puante du président Thiriez, qui mériterait d'être viré à coups de pieds dans le ionf dans une structure décente...). Cette saison, ils auront touché le fond. Luzenac, Lens, Nimes, Aulas, Fekir, Ibrahimovic, Payet, le calendrier des clubs en coupe d'Europe, et donc hier soir la finale de la Coupe de la Ligue. Entre autre, j'oublie d'autres trucs sans doute.

J'aurais tellement pu écrire que j'ai écrit... Pas sur la blague du congrès socialiste qui se prépare (après on s'étonne que les gens ne vont plus voter après ce genre de foutage de gueule...), mais j'aurais écrit un peu quand même.

Finalement c'est terrible un blog. On écrit...
On écrit et je ne parle pas de la mort de Patrice Dominguez. Il fut une voix du tennis, une des personnes qui ont compté dans ma culture sport. Celle de mon enfance, des Rolland Garros quand j'étais au lycée.
Je l'écoutais avec plaisir sur RMC et chez Moscato (les plus intelligents qui parfois bloguent avec morgue et prétention hurleront peut être, ou peut être pas). Sa mort m'a attristé...

A part ça, les fleurs de cerisiers s'envolent dans mon jardin. C'est joli. Avec la musique des OAV de Kenshin, ça ferait de jolies scènes... 

vendredi 10 avril 2015

Une semaine de cerisiers

C'est la semaine où les cerisiers évoluent le plus rapidement. Cette période me fascine tous les ans. Mon coté paysan...

Sinon, semaine pas forcément génial. Sur le net et dans les blogs. Une semaine qui donne envie de déconnecter. Ce que j'arrive finalement à faire sans grand mal... La proximité des cerisiers peut être. Les enfants qui veulent jouer dans le gazon avec leur papa sans doute un petit peu aussi. Déconnecter, c'est bien.

2017 arrivant, le niveau et l'ambiance, déjà pas très brillants, risquent de se dégrader davantage. Cette semaine m'a un peu titillé par exemple. C'est ma faute sans doute. Parler politique ou actualité expose à des discussions pas toujours comme on l'espère. Comme on en a envie. Il faudra évoquer ce billet qui ne donne pas des discussions comme on les souhaitait au départ...
Et puis la politique politichienne à deux balles. Qui font que les français ne vont plus voter, écœuré d'un pouvoir qui parle du précédent, comme précédent parlaient du précédent d'avant. Pour éviter de justifier leur médiocrité.

On a le droit d'être un peu désespéré. Car rien ne changera, rien ne s'améliorera.

Alors je poste des photos de cerisiers. Qui change en une semaine... 

Lundi il était comme ça. 

Mercredi il commençait à verdir.

Et vendredi c'était plus fort.

Le reste est anodin. Mon billet de mardi, où je citais des blogs dont des billets m'ont plu, et d'autres moins, n'était pas opportun. L'époque où on pouvait échanger "normalement" sur les blogs me parait un peu révolue. C'est comme ça. 
Ce n'est pas la faute à la droite, ni au PS. Ce n'est la faute à personne. Ou à tout le monde. La société actuelle tout ça... On est tous Charlie, mais bon. Les lumières ne sont pas toujours allumée. Je le dis aussi pour moi, je constate que je n'arrive plus à rentrer dans les discussions stérilement polémiques. 

Bientôt on ne pourra plus parler de vin. Peut être n'aurons nous plus de droit de poster des photos de cerisiers aussi (les cerises peuvent finir dans l'alcool, et si on mange le noyau on risque la constipation, ce qui sanitairement peut déplaire au ministre de la santé et ses conseillers).

Alors nous irons faire autre chose. La semaine n'était pas très opportune sur le net (sur le peu de temps où j'y ai été). Mais était elle finalement très différente des précédentes ?
Enfin bon... Il faut beau dehors, Louis Bodin m'a dit que l'anticylone resterait un moment sur le pays. Profitons en... (j'ai le jardin à scarifier).

Football français pourri, la suite #Payet #Ibrahimovic


Les sanctions sont tombées. Pour s'être fait voler par des caméras des instants de colère après match, Zlatan Ibrahimovic est suspendu 4 matchs, Dimitri Payet 2 matchs. C'est une honte. Une de plus. 
C'est du délire pur et simple. Un chapitre de plus, cette année, dans la scandaleuse manière dont est administrée le football français.


Est ce que Jean-Michel Aulas sera sanctionné lui aussi pour l'ensemble d'une oeuvre où il insulte froidement et clairement les arbitres, les autres clubs et leurs supporters ? Est ce que son club, l'institution OL, sera sanctionnée pour les agissements de son présidents ?
Quand on voit ce qui est arrivé à Nîmes, à Ibrahimovic, à Payet, pourquoi Lyon ne se verrait il pas retirer des points ? Et Aulas interdit de fonction officielle pendant plusieurs mois ? Tant qu'on y est...

Ou alors le football français est vraiment pourri. Ce qui est envisageable...

jeudi 9 avril 2015

Parler du vin pendant qu'il en est encore temps ?

Je n’ai pas encore parlé de cette menace qui plane sur le vin. La Loi santé du ministre Marisol Touraine. Délirante et inquiétante. Le vin est ciblé, et menacé. Les extrémistes hygiénistes ont frappé…

Les fondus de la taxe aussi. La loi prévoit une aussi non négligeable des taxes sur le vin. La pause fiscale n’aura jamais lieu, et tous les moyens sont bons pour taxer…

Mais pire encore. La « liberté d’expression » chère à tous ceux qui sont Charlie va encore en prendre un coup sur le bec. Liberté d’expression, et liberté d’informer. Puisque la loi prévoit de réglementer sévèrement la manière de parler de vin sur le net, les journaux. Les blogs ou réseaux sociaux aussi.
J’aime parler vin. J’aime mettre une photo d’une bonne bouteille. Dire quand j’ai bu un bon truc. Je serai considéré comme un quasi-délinquant… C’est fou.

La revue des vin de France rappelle qu’un des conseiller du ministre Marisol Touraine « réclamait que les sites d’information sur le vin soient pourchassés et censurés avec la même énergie que les sites pédophiles et néonazis sur la Toile ». Etre comparé à un pédophile ou un néonazis parce que je poste la photo d'une bonne bouteille de vin, c'est abject. 
Le ministère de la santé, soutenu par l’ANPAA, souhaite carrément interdire toute communication et discussion autour du vin, sur le net et ailleurs.

Je ne sais pas si Marisol Touraine sauvera beaucoup de vie. J’espère que les députés de la République se montreront plus intelligents, moins sectaires et moins dangereux que le ministère. J’espère, mais vue l’excitation hygiéniste qui monte chez les députés, j’ai peur.

Car depuis quelques temps, les interdictions (ou projets d'interdictions) pleuvent. Interdiction des fontaines à soda, interdictions des sites sur l'anorexie, projet (porté par une ancienne ministre de Ayrault) d'interdiction de la cigarette dans les films et séries... Effrayant.

Tout ceci devient inquiétant…

mercredi 8 avril 2015

Marcelo Bielsa, un grand entraîneur... #Bielsa

Un article de l'Equipe.fr qui met en ligne la causerie de Marcelo Bielsa après le match nul de l'OM contre Lyon. Qui met des frissons.
Malgré le résultat final, Marcela Bielsa restera un entraîneur qui aura fait du bien au football, et qui restera longtemps dans l'histoire de l'OM. Quand on voit la mentalité de petites personnes dans ce football français totalement pourri, cela fait du bien ce genre de personnage.

Merci M. Bielsa.

Finalement les autoroutes n'augmenteront pas...

Hier ils devaient augmenter. Aujourd'hui, ils n'augmentent plus, c'est Manuel Valls qui l'a dit. Dur à suivre.

Cela n'enlève rien à mon billet d'hier sur un point : trop de communication nuit à la parole politique, qui est aujourd'hui totalement décrédibilisée. 

mardi 7 avril 2015

Fleurs de cerisiers, et dignité d'un homme

Les cerisiers sont en fleur. C'est joli. En tous cas, ça me plait, je ne m'en lasse pas. Et de la qualité de l'appareil photo de l'iPhone 6, qui je trouve fait vraiment des jolis clichés.

La journée a encore été difficile. Le suicide de l'ancien maire de Tours Jean Germain est une triste nouvelle.
Je retiens, de cette mort, le très joli billet d'Hervé Torchet qui rappelle qu'un élu est avant tout un être humain. Qui peut être touché par la dureté de la vie politique. Son billet m'a beaucoup touché, car quelque part il m'a rappelé deux trois petits trucs tous cons...

Je retiens le billet de mon ami Nicolas, qui cite le président du Sénat Gérard Larcher. Je reprends sa dernière phrase : 
"Jean Germain s'est senti condamné avant même d'être jugé, par un système qui n'a finalement jamais rien retenu depuis Pierre Bérégovoy. Ce système qui s'emballe sans discernement, sans considération pour l'honneur peut amener un homme à commettre l'irréparable. Un homme public a droit au respect de sa dignité comme tout autre citoyen"
Comme tout autre citoyen. Je me souviens ce que j'avais écrit à l'époque sur Eric Woerth, qui a été lynché par des militants de gauche, dont certains se sont comportés en véritable salopard. Il y avait des photos de profil Twitter qui étaient abjects à l'époque, pour un homme que la justice a toujours innocenté, mais pas les militants qui s'en sont servis pour des arrières-pensées politiques dégueulasses.
Je pense à lui, mais il y en a d'autres. Bernard Tapie (que j'aime beaucoup) me vient à l'esprit. Tout homme public a a droit au respect de sa dignité, quelque soit son étiquette politique. Certains qui aujourd'hui rappellent cette évidence l'ont zappé à certains moments, quand le combat politique tolérait quelques écarts.

Je ne retiendrai par contre pas certains autres billets, toujours aussi abjects dans cette envie toujours donner des leçons en baignant dans un cynisme puant. La dignité du très digne Gérard Larcher n'étouffe décidément pas certains d'entre nous... 

Pour en revenir aux cerisiers, ils sont en train de verdir. La floraison est décidément très éphémère. Comme nos polémiques politiciennes à la con. Si elle pouvait nous amener à garder un peu de hauteur et de respect des êtres humains...

Finalement les tarifs d'autoroute vont augmenter...

Il parait que, finalement, les tarifs des péages des autoroutes vont augmenter
Nous nous souviendrons avec émotion de la blague des déclarations de Ségolène Royal, et de la polémique des autoroutes gratuites le weekend. Des points rageurs de la majorité et du gouvernement contre ces vilaines sociétés d'autoroute, qu'on devait égorger au profit du citoyen.
Finalement, elles augmenteront quand même leurs tarifs...


Une des leçons du scrutin départemental est que la parole du politique est discréditée. Ce mandat aura fait très mal. 
A trop chercher la communication à tout prix, à faire de la sur-enchère de parole, on rend la parole politique nulle. Cet exemple des tarifs des péages d'autoroute en est un nouvel exemple : comment croire des ministres, quand finalement les faits montrent qu'ils des clowns sans pouvoir ? Sans pouvoir mais pas sans blabla. 

En parlant de communication, la dernière déclaration de Ségolène Royal est hallucinante. "Je voudrais partir qu'on me demanderait de rester", qu'elle déclare sans honte du ridicule. C'est sur que sur cette histoire d'autoroute comme sur tant d'autre, elle a été parfaite Ségolène Royal... 

Enfin, Jean-Vincent Placé va entrer au gouvernement normalement (c'est ce qu'il ne cesse de clamer ici et là). La crédibilité du politique est sauvée avec ce type de personnage...
Je ne sais pas comment cette blague va se finir. Mais on peut être pessimiste.