vendredi 18 avril 2014

Balcons du Forez

5 heures de marche et presque 30 km aujourd'hui, sur les balcons du Forez. L'histoire Morelle tournait plein badin dans les médias et les blogs que je suis, et Hollande nous parlait de sa possible non candidature de 2017. Mais je m'en foutais. Le Forez était beau.
Quelques images d'une jolie promenade. Quoique un peu trop longue : ma cheville fragile est dans la glace ce soir, et Falconette gueule. Elle a raison.
Mais sinon j'aime toujours autant le Forez et cette région... D'ailleurs, le Forez est il en Rhône Alpes ou en Auvergne ?
Dans ce jeu délicieux des redécoupages régionaux, il faudra que je m'amuse à trancher cette question...
Pour l'instant, je vais quand même soigner ma cheville... Elle a souffert, par ma faute.

Et je vais me servir une bière (pendant que beau-papa passera la soirée en conseil municipal)


On touche le fond... Vraiment ?

J'ai suivi de loin, hier, la nouvelle histoire Aquilino Morelle. J'ai lu qu'on l'accusait de collusion avec les laboratoire pharmaceutique, ce qu'il avait démenti. J'ai lu surtout qu'on l'accusait de se servir allègrement sur la grasse bête de l'état, ce qui pour moi est plus grave. 
J'ai vu ce matin qu'il était lâché par le Parti Socialiste qui demande aussi sa démission. J'ai lu qu’apparemment il aurait menti... C'est pas beau... 

Je pense que d'ici peu ce proche de François Hollande sera débarqué. Une tache de plus sur la chemise d'une république irréprochable que l'on nous promet depuis belle lurette...

"On touche le fond" dit ce billet du Point : je le pense aussi. 
On touche le fond, mais je pensais aussi qu'après Cahuzac le fond avait été touché. Je pensais qu'au mandat précédent après MAM ou les cigares, le fond avait été touché. Mais non, le fond n'est toujours pas touché, et le trou peut continuer à être creusé.

Je me demande comment continuer à faire confiance à la politique d'une manière générale. Faire confiance en Hollande et les socialistes pour être moralement plus digne que la droite, je ne l'ai jamais fait. Les faits me donnent raison. Mais ce n'est pas une raison...
François Hollande a aussi été élu sur "le changement c'est maintenant". Aussi dans les mœurs politiques. Jean-Marc François Ayrault pond une charte de déontologie juste après son arrivée. Et patatra...

La semaine a été dure. Harlem Désir récompensé de son passage  à la tête du Parti Socialiste par une entrée au gouvernement. Dominique Voynet récompensée d'une carrière politique de haut vol par un poste émérite. Et ceux qui ont travaillé pour le précédent gouvernement ont vu leur réussite gratifié d'une prime de 12 millions d'euros qu'ils se sont partagés...
Les symboles sont terrifiants. Que la femme du premier ministre d'aujourd'hui fasse sauter les PV de ses copines à l'époque où son mari était à l'intérieur passerait presque pour une anecdote... Ce qui est terrifiant. 

Pendant ce temps, la classe moyenne continuera à faire des "efforts". Je me demande où tout cela finira...

Le changement a en effet été maintenant. Ceux ne sont plus les amis de l'UMP qui s'amusent et qui profitent, mais les amis du Parti Socialiste. La TVA a quand même augmenté, et les salaires continueront quand même à être gelés. 
Je ne suis pas sur que les électeurs qui ont voté Hollande en 2012 ont voté pour ce changement là. Je n'étais pas de ceux là...

Enfin bon... Je pense que tout ceci finira très mal quand même... Pour tout le monde. 

jeudi 17 avril 2014

Repos en Forez (fin d'une période)

Bonheur de passer un long weekend de 5 jours aux portes de l'Auvergne, dans ce petit village d'enfance de Falconette...
Falconette peut être fière de son papa, qui est maintenant 1er adjoint de ce petit village, celui qui l'a vu naître... Ces élections municipales ont été difficiles, très difficiles, mais quelque part il y a une petite part de bonheur, car ceux sont des élections qui partent du coeur, les élections municipales... Etre élu chez soi, là où on est né, là où sont nés nos enfants ou nos parents...
Normalement, dans le meilleur des mondes, pas celui où une république pas exemplaire donne des lots de consolations à une Voynet ou un Désir, ça devrait être ça. 

C'est aussi la possibilité de ne pas gagner. Une élection donne cette possibilité. Je n'avais jamais connu la défaite, c'est fait. Les vagues n'auront pas été toutes dans le même sens ce mois de Mars...

Je vis très bien les choses. Je suis épuisé, moralement et surtout physiquement (où le corps m'a dit que bon voilà quoi). Mais je suis bien. J'ai deux bébés merveilleux, une dame fantastique, et des amis qui font que la vie vaut vraiment la peine d'être vécu sans forcément des tonnes d'emmerdements qui font que la nuit on dort mal. J'ai de la peine pour les gens avec qui j'étais : j'en aime certains énormément.
Mais c'est le jeu.

Ce jeu qui fait que ce village qui m'a vu bourré durant mes étude est maintenant administré en partie par beau-papa. J'en suis heureux, surtout pour ce village : il sera bien servi.

Quant à moi, je vais me reposer un peu. Retraite à 36 ans, c'est très bien, ça me conservera. Mais pour mes bébés et les gens que j'aime, je n'ai pas envie de me griller trop vite...
(et je souhaite pleins de belles choses pour les gens qui occuperont le siège que j'occupais. La politique n'est pas la guerre ni la haine, et c'est surtout l’intérêt des gens qui votent pour ou contre nous). 

Jouons aux 7 différences

Image connue. Mais je l'adore...

mercredi 16 avril 2014

Didier Deschamps a parlé...

Didier Deschamps a parlé, ce matin sur RMC Sport. Je mets le lien, mais ne cliquez pas dessus : ils ont déconné à plein tube avec 10 vidéos qui se lancent toutes seules, c'est insupportable.

Je retiens deux phrases de son intervention. 
  • Je ne suis pas là pour prendre les meilleurs joueurs
Quelque part qu'il dise ça m'arrange. Comme ça, il ne se sentira pas obligé de prendre Karim Benzema ou Samir Nasri, et l'équipe de France ne s'en portera que mieux.

Par contre, qu'il ne se sente pas obligé de prendre un Joshua Guilavogui (terrifiant de se dire que ce joueur est sélectionné en équipe de France) ou un Moussa Sissoko... 
  • On ne peut pas effacer ce qui s'est passé en 2010
Non, mais des choses auraient pu être faite. Ne jamais rappeler Patrice Evra, Eric Abidal ou Bacari Sagna. Par exemple. Faire le vide. Laurent Blanc a été faible sur ce point là, redonnant les clefs de l'équipe aux fantômes de Knysna, ou à d'autres joueurs fait du même mauvais bois (Benzema, Ben Arfa, Nasri, Menez). 

Faire un grand ménage dans l'équipe de France. Privilégier la mentalité aux prétendus performances. Sortir de cette mentalité détestable de ces joueurs qui eurent pris un Anelka pour modèle. 
Et faire le ménage au sein du football français. Que Noel le Graet soit président de la FFF, après le mal qu'il a fait au football français, après le rôle qu'il a eu durant Knysna, c'est scandaleux. 

On ne pourra jamais oublier 2010. Je ne l'oublierai jamais. Mais la honte peut s'atténuer. 

samedi 12 avril 2014

Résister ? Un autre jour, et pas avec eux...

Je regarde avec ce toujours même effarement ces manifestations de la gauche de la gauche contre "l'austérité". J'ai toujours ces mêmes sentiments assez peu affectueux à leur égard, mais bon... Ces gens là sont incapables de gagner une élection : heureusement qu'il leur reste la rue. 
Et ils ne sont pas beaucoup : ils monopolisent l'attention des médias (à défaut de ceux qui défendent justement Fesseinheim), mais ne sont pas bien dangereux. Même s'ils font froid dans le dos, à l'instar de quelques uns de leurs pires militants, qui déversent une idéologie qui peut être inquiétante.

Je regardais les chaines informations. Et je voyais donc ces marcheurs avec le sigle 'CGT' tout rouge sur leur poitrine (quand ce n'était pas PC ou FG). Certains se considéraient "en résistance". Des résistants...
Comme ces grands penseurs qui, sous Sarkozy, se voyaient en résistants. Jean Moulin faisait des tours dans sa tombe, mais il n'avait encore rien vu... Il y a quelques temps, certains opposants à Hollande faisaient le tour des blogs et de la rue, qu'ils avaient piqué aux grands philosophes de la gauche de la gauche. Ils étaient eux aussi "en résistance". 
Droite de la droite et gauche de la gauche main dans la main pour user du même vocabulaire, et piétiner un peu plus la mémoire de ceux qui furent des vrais résistants...

Je voyais hier soir des images consternantes à Marseille. Election du maire FN d'un des secteurs. Et des tolérants de gauche qui venaient perturber une cérémonie d'investiture républicaine. Certes, le maire qui se drapait de l'écharpe tricolore portait les couleurs du Front National. Et alors ? Ceux sont eux, ces militants de la gauche de la gauche, qui ont hautement contribué à le faire élire (et qui l'ont conforté hier soir avec leur attitude intolérable). Peut être sont ce les mêmes qui ont soutenu des candidats de la gauche de la gauche, dont l'attitude me parait aussi peu républicaine que ceux qu'ils prétendent combattre.

Ces Front de Gauche ou National sont deux faces d'une même pièce. Ceux sont les mêmes. Mais ils jouent la comédie en prétendant se combattre. Quelle tristesse...

Aujourd'hui, je voyais dans mon poste de télévision cette gauche de la gauche qui a contribué à ce que le FN gagne Hénin-Beaumont ou bien d'autres villes. Grâce à Mélenchon, grâce à des attitudes détestables dans certains endroits. Aujourd'hui, je voyais ceux qui ont contribué à faire fermer des entreprises. 
La CGT (et ses collègues extrémistes de gauche) est responsable de la destruction de milliers d'emplois en France, et particulièrement en Provence. Et elle continue son travail de destruction, à Gardanne, aux ports de Marseille, et ailleurs.

Aujourd'hui, je me disais que le Front Républicain sera sans doute prochainement contre ces gens là. Qui ont porté la candidature d'un Mélenchon insultant, intolérant et outrancier, qui s'est révélé être un véritable danger contre la République. Je me rassure en me disant que ces gens là n'arriveront jamais au pouvoir autrement qu'en instrumentalisant la rue et en utilisant la violence. Mais ils m'inquiètent néanmoins : ils font peser une ambiance délétère et insupportable dans notre République malade.

J'ai toujours considéré François Hollande et le Parti Socialiste d'Harlem Désir ou Ségolène Royal comme une mauvaise solution. Mais même si je préférerais qu'une droite libérale républicaine soit aujourd'hui au pouvoir, je les préférerai toujours aux intolérants qui prétendent parler au nom d'un peuple qui les renie.
Et aujourd'hui voir Manuel Valls insulté par ces gens là me le rend vraiment sympathique...

Aujourd'hui, je suis malade. Ce n'est pas la faute à Mélenchon et ses copains : la période est difficile, et j'ai du mal à supporter ce début de printemps. Aujourd'hui, je me dis que plutôt que de résister et de manifester, on peut aussi s'engager. On peut entreprendre.

Mais faire, c'est plus simple que de résister. Et cette gauche de la gauche en est incapable...

vendredi 11 avril 2014

Surprise dans le ciel de Paris

Faire Avignon - Paris - Avignon dans la journée, c'est possible. Épuisant (le TGV de 6h14 est tôt...). Douloureux aussi : mon entorse de la cheville me fait toujours très mal, et le métro n'est vraiment pas une sinécure.

Mais le ciel parisien était superbe aujourd'hui. Et à la sortie du Métro Balard, une petite surprise m'attendait.
Elle était jolie, la montgolfière dans le ciel du sud-ouest de Paris...
Sinon c'est le weekend. C'est très bien...


mercredi 9 avril 2014

10 jours de la vie de mon cerisier

Quelques photos de mon cerisier, prises entre la fin des élections et aujourd'hui. 10 jours de la vie d'un cerisier. Ça donne de drôles d'images...




Le printemps est une époque fascinante...

Désir de récompenser la compétence et le mérite ?

Je suis sur le cul en voyant cette alerte. J'espère qu'il s'agit d'un poisson d'avril...

Je m'en vais retourner soupirer...

lundi 7 avril 2014

Tavel début avril

Jogging ce weekend à Tavel. Des jolies images...
Et un ciel délicieux.
Tavel fournira comme tout les ans des vins merveilleux. Pour l'instant, je profite simplement de ces paysages.

dimanche 6 avril 2014

Simplement profiter du printemps

Une simple image d'un dimanche avec sa famille proche
Il y a des moments où l'on a plus envie de partager, de s'exprimer. Valls peut faire ce qu'il veut, ce n'est pas mon problème. J'ai une immense compassion et affection pour Borloo ce soir, mais je n'ai pas envie d'en parler. 

Simple image d'un dimanche. On a tous une vie qui est ce qu'elle est. Des fois, il est bien de simplement la vivre. Simplement. Bêtement. Seulement.

Mais j'ai passé un beau weekend. Ça change...

mercredi 26 mars 2014

Ce souvenir de cet ami qui me manque...

Il y a quatre ans , je perdais ce proche ami qui me manque depuis toujours... Une douleur qui ne passe pas. 
Les cerisiers qui fleurissent me font toujours douloureusement penser à lui... Qu'ils étaient beaux ces cerisiers, pendant que la douleur était la plus vive...

Il me manque. Comme tous les jours. Aujourd'hui , je le rappelle. Avec un mal de ventre et une douleur qui passe avec le temps... Mais il reste ce point dans le ventre, dans le cœur. Cette douleur ne passera jamais.

Cela sera mon seul billet de la semaine... Important pour moi...

jeudi 20 mars 2014

Fleurs de cerisier, première..

Les premiers stigmates délicieux du printemps. Tous les ans j'aime ça...

C'est bien le printemps...