jeudi 18 septembre 2014

Dame Carcas sonne...

Mon ami Pierrot13 m'a informé qu'un prochain "des Racines et des ailes" se passerait à Carcassonne. Ca tombe bien, la cité médiévale de Carcassonne (peut être le site le plus visité de ma région) était la dernière étape de ma promenade de fin Août dans l'Aude des montagnes et des cathares.

L'été étant sur le point de se finir (les orages violents en ce moment le montrent), autant poster un billet sur cette jolie période de fin de vacances. Dans une cité merveilleuse : celle de Carcassonne. 

D'abord, un peu d'histoire. Lors de ma promenade dans ces murs, j'ai entendu parler d'une certaines Dame Carcas. Qui aurait donné son nom à la ville. Allons faire un tour sur Wikipédia, c'est toujours intéressant...

L'histoire dit que l'armée de Charlemagne était aux portes de la Cité aux prises des Sarrasins. Une princesse était à la tête des chevaliers de la Cité après la mort de son mari. Il s'agit de la princesse Carcas. Le siège dura 5 ans.
 
Mais au début de la sixième année, la nourriture et l'eau se faisaient de plus en plus rares. Dame Carcas voulut faire l'inventaire de toutes les réserves qui lui restaient. Les villageois lui amenèrent un porc et un sac de blé. Elle eut alors l'idée de nourrir le porc avec le sac de blé puis de le précipiter depuis la plus haute tour de la Cité au pied des remparts extérieurs.
 
Charlemagne et ses hommes, croyant que la Cité débordait encore de vivres au point de gaspiller un porc nourri au blé, leva le siège. Voyant l'armée de Charlemagne quitter la plaine devant la Cité, Dame Carcas remplie de joie par la victoire de son stratagème décida de faire sonner toutes les cloches de la ville. Un des hommes de Charlemagne s'écria alors « Carcas sonne ! », d'où le nom de la Cité.
Heureusement qu'elle ne s'appelait pas Gertrude : ça aurait donné un nom pas jojo.

L'histoire dit quand même que cette charmante dame ne serait qu'une légende, probablement dérivée de chansons médiévales. Et il parait même que Charlemagne n'aurait jamais fait le siège de Carcassonne. C'est malin...


Enfin, quoiqu'il en soit, on retrouve Dame Carcas dans la cité. Elle nous accueille en arrivant à la cité. Et son souvenir est présent dans les murs de ce joli endroit (où on mange très bien en des endroits).

Un endroit de la ville que je trouve également très beau est la basilique Saint Nazaire. Rien à voir avec le Saint Nazaire de l'Atlantique, ou celui au nord de Bagnols-sur-Cèze. 



Je finis la promenade par un puit. Signe qu'il est déjà tard et qu'il serait tant d'aller boire un coup. J'ai fait ce matin ma prise de sang annuelle, donc adviendra ce qu'il adviendra, mes résultats ne seront pas plus mauvais si je m'ouvre ce soir un bon Corbière, en souvenir de ces jolis endroits.


Je reviendrai mettre quelques photos du château de Carcassonne. Il est magnifique. La Belle au Bois Dormant aurait pu dormir dedans... On parlera d'Eugène Viollet-le-Duc aussi : il parait que c'est grâce à lui qu'on peut se promener dans cet endroit enchanteur. 





PSG suffisant et insuffisant

J'ai adoré la une de l'Equipe du jour, qui résume bien ce que j'ai pensé en voyant le match Ajax - PSG hier soir...
Puisqu'on parle football, j'ai trouvé très bon le Monaco - Leverkusen mardi soir. Monaco a eu chaud car le Bayer a un peu tout loupé devant les cages, soit par maladresse, soit par suffisance (à l'image du PSG hier devant les cages). Mais y avait un truc, une énergie, une envie de renverser la table. C'était bien.

J'espère que ce soir Saint Etienne ne fera pas les cons. Et que Lille et Guingamp ne se moqueront pas de la Coupe d'Europe en ayant la tête au "match de Ligue 1 ce dimanche". 

mercredi 17 septembre 2014

C'est parti pour une nouvelle augmentation d'impôts...


Je viens de tomber de ma chaise en lisant l'alerte du monde sur le projet du gouvernement. Qui veut supprimer une tranche d'impôt. Et qui va une nouvelle fois taper sur les mêmes.
"la suppression de la première tranche d'impôt sera compensée par un relèvement des tranches supérieures". Ie c'est une nouvelle fois sur les classes moyennes que l'on va taper. Qui va supporter davantage la solidarité nationale.

Enfin bon... Vue la communication actuelle, d'ici là qu'on ait un démenti...

Mais pour l'instant, je trouve que c'est insupportable. Je suis écœuré... 

La confiance... (ayons confiance...)

Quelques remarques sur le vote de confiance hier à l’assemblée nationale, qui confirme le gouvernement de Manuel Valls.

  • Si j’avais été député, je n’aurais pas voté la confiance. J’ai de l’affection et du respect pour Manuel Valls, que j’apprécie. Mais je n’ai pas confiance en son entourage, en son gouvernement, en le président, et en sa majorité ;
  • Je trouve choquant que des députés s’abstiennent sur un tel vote. Je ne parle pas de lâcheté politique, on est au-delà. C’est une désertion. C’est lamentable ;
  • Je trouve dangereux qu’il y ait finalement moins de la moitié des députés qui fasse confiance au gouvernement. Hier soir on parlait de victoire de Valls… Je trouve qu’on en est loin ;
  • Je n’ai toujours pas compris quelle sera la ligne politique…
  • Je trouve navrant que la première grande déclaration du Valls post-confiance soit « on va faire sortir des gens de l’impôt sur le revenu », par exemple en supprimant une tranche. Je trouve ça navrant, et insupportable. J’ai déjà souvent écris sur ce que je pense de cette logique de faire payer l’impôt sur le revenu à moins de la moitié des contribuables. Et sur le côté intolérable qu’au final, la solidarité nationale soit supportée principalement par les épaules de la classe moyenne et moyenne supérieure.

Sur ce dernier point, je pense qu’il faudrait que tout le monde paie l’impôt. Aujourd’hui, l’impôt est vu comme une punition et comme quelque chose d’insupportable. Surtout en cette période où on reçoit les feuilles d’imposition sur le revenu, les taxes foncières et d’habitation. Ce qui n’est pas payé par les uns l’est par les autres. C’est pénible.

Et pour finir, un mot sur le retour de Nicolas Sarkozy. On aura le temps d’en parler plus tard, mais il est revenu ces derniers jours aussi dans les méthodes du gouvernement. D’un côté, on annonce qu’on n’augmentera pas les impôts. Mais de l’autre, on parle d’augmenter les taxes. Celles sur le gazole par exemple (celui que je prends pour aller à mon boulot…).
« Je n’ai pas été élu pour augmenter les impôts (maisles taxes, oui) » était une ritournelle lors du dernier mandat Sarkozy… J’ai l’impression que sur cette deuxième moitié de mandat pourrait la reprendre, cette ritournelle…


En conclusion, la confiance c’est bien… J’aimerais avoir confiance, mais je confesse avoir bien du mal…

mardi 16 septembre 2014

L'écurie (ou paradis) de Cucugnan

Carte postale des Corbières. Cucugnan. Fin Août, j'y ai passé une nuit, c'était formidable...

J'ai passé (nous avons passé) la nuit dans un havre qui s'appelle l’Écurie de Cucugnan. Une chambre d'hôte comme on les aime, comme je les aime. Un cadre chinchouillet, un accueil comme à la maison, une rue calme. Une chambre douillette (avec un Wifi qui marche du feu de dieu)


Et une vue à couper le souffle sur les Corbières. Et le soir, un calme et un silence assourdissant et apaisant.


J'ai profondément aimé mon séjour court, trop court, dans les Corbières. Cucugnan est un village où je retournerai avec grand plaisir. Les confins de ma région offre des endroits merveilleux...


En ce début de semaine chargé en actualité diverse, j'avais envie de retrouver ce calme bienvenu...

Le progrès...

Bêtise jolie reçue ce matin...

lundi 15 septembre 2014

Déluge de septembre

Septembre est un mois typiquement difficile pour le Gard. Les fameuses "pluies cévenoles", celle qui ont détruit mon village en 2002, et fait énormément de dégâts...
La Cèze, le Gardon, le Vidourle... De l'autre côté du Rhône c'était l'Ouvèze qui quelques années avant avaient été en colère... Septembre a toujours été difficile... Nîmes, Vaison la Romaine, Aramon... Autant de cités qui ont souffert, tellement souffert.

Ma première année de mandat, nous avions eu ces inondations de 2002. Et à chaque septembre, je regardais avec appréhension les alertes de Météo France ou de la préfecture. Je regarde aujourd'hui les choses en simple citoyen, avec les enfants qui jouent autour de moi, et un verre de whisky à la main. 
Ça tombe bien : vus,les grêlons qui tombent dehors, j'ai les glaçons qui tombent du ciel...

J'ai juste une pensée pour mes amis vignerons en pleines vendanges. J'espère que le raisin ne prendra ma trop mal et que les dégâts seront faibles...
Mais ce soir, il pleut... Fort.


Impressionnant...

Pour commencer la semaine...

dimanche 14 septembre 2014

Croix de St Hilaire dans l'Aude

A quelques pas de Limoux, après quelques kilomètres dans les coteaux de l'Aude qui donnent la Blanquette et autres produits locaux. Un petit village du nom de Saint Hilaire.

Je connais bien un Saint Hilaire. Celui du Cusson la Valmite dans le Forez. J'en inonde mon blog, que ce Saint Hilaire Forézien. Ce deuxième chez moi maintenant...

Dans le Saint Hilaire audois, il y a une abbaye. Que nous n'avons pas visité : la journée était épuisante, et je voulais aller à Carcassonne (le monde me manquait visiblement...).

Par contre, j'ai trouvé cette croix très jolie. Et cette abbaye très belle vue de dehors. Il parait que dedans, elle est très jolie...

Un simple billet encore d'églises, d'abbaye, de croix et de paysages. Encore un billet audois. Il m'en reste encore quelques uns...




samedi 13 septembre 2014

Promenade sur les hauteurs de Roquemaure

D'habitude je réserve Instagram à mon grenier du Faucon. Là, j'avais envie de poster ce images de fin d'été sur mon blog "premium".

Non sans avoir une pensée aujourd'hui, jour particulier, à une personne dont le souvenir très fort plane sur cette journée... 









vendredi 12 septembre 2014

Les deux châteaux

Terminons la semaine en revenant encore un peu sur mes châteaux cathares au milieu des Corbières.

Cette simple photo d'où l'on voit les deux châteaux. Celui de Peyrepertuse d'où est prise la photo. Et au loin le château de Quéribus qui protège Cucugnan.

Je ne ferai pas de flèches rouges pour vous le montrer ce dernier. Le soleil du matin le laisse suffisamment apparaître.

C'est très beau les Corbières... 

Nouveau formulaire de déclaration administrative (Thévenoud)

J'ai reçu ça ce matin au boulot. J'ai rigolé.

J'avais reçu mes impôts sur le revenu dans la semaine. J'ai beaucoup moins rigolé...

jeudi 11 septembre 2014

11 Septembre, Ventoux et le reste

J'aime beaucoup cette photo prise y a trois semaines lors d'une marche sur les hauteurs de Roquemaure. Au loin, le Ventoux se voit très bien. Les nuages arrivaient en masse. Pourtant, j'ai le souvenir que la journée fut belle, estivale...
J'avais posté une autre photo du Mont Ventoux le 11 Septembre dernier. Je me souviens de ce billet, aussi parce qu'il a été suivi d'une longue pause de blog. La lassitude et d'autres trucs à coté avaient vaincu. Je ne sais pas si ce billet sera ou non suivi d'une pause, nous verrons bien...

Tous les ans, il y a un 11 Septembre. Remarquez, il y a aussi tous les ans un 21 Avril et un 4 Octobre... Le 11 Septembre, le monde entier se souvient. 
Tous les ans, je me souviens d'où est ce que j'étais quand j'ai appris les attentats à New York. Je n'avais pas d'iPhone dans la poche avec le push le Monde qui m'annonçait la nouvelle... J'étais dans un magasin de mangas d'Avignon, et le vendeur disait que des avions s'étaient écrasés sur la Maison Blanche... Et au retour dans la voiture garée le long des remparts, je me souviens qu'à la radio il n'y avait pas les Grosses Têtes ce soir là...

C'est amusant de me dire qu'à l'époque, il n'y avait pas les chaînes infos sur la TNT. Internet marchait par le câble téléphone (et ce soir là il ne marchait pas). Pas de Twitter, pas de Facebook, pas de blogs no plus. Amusant de penser à ça...

Mais le 11 Septembre, je pense toujours à mon amie de Marseille et à cet ami qui n'est plus là. Je pense qu'aujourd'hui ça fait 10 ans. et que le temps passe vite, très vite, trop vite. 

mercredi 10 septembre 2014

Fenêtres cathares sur les Corbières et sur une sale journée

Bonheur de ces fenêtres et meurtrières dans le château de Quéribus, qui offre une merveille de vue sur des Corbières qui ne demandent qu'à être admirées...


La journée m'a écœuré. Que les efforts demandés par le gouvernement Hollande à la classe moyenne n'ait servi à rien et que le déficit continue à courir n'est finalement pas le plus grave.

Ce qui m'a écoeuré, c'est le sentiment que plus rien n'st moral chez nous. Les clubs professionnels menés par le consternant Frédéric Thiriez ont tué le club de Luzenac et une belle histoire sportive

Un député reste en place malgré sa "phobie administrative", qu'il nous sert sans aucune honte. Cahuzac derrière lui fait la morale... Et à coté de ça, on accepte qu'une sorte de lynchage déferle sur un homme. Qu'ils fassent gaffe tous : ils vont finir par faire passer Thevenoud pour une victime...

La justice qui relaxe des délinquantes qui s'en viennent narguer de leur belle victoire... 

Et j'en passe du reste. De l'histoire Montebourg Filippetti qui ferait passer le dernier remaniement ministériel pour une histoire de cœur années collèges. Les candidats PS à Marseille qui voient leurs comptes de campagne invalidés (et après leurs militants vont huer le maire FN d'un secteur, les malins...). Et on parle même de Kader Arif, c'est dire la sale journée !

Une journée qui ruine toute confiance. Mais peut on garder confiance ?

Mal au ventre aujourd'hui. Nausée forte. Le reste, on verra demain.

Mais demain est un jour historiquement difficile aussi... Elle est bientôt, la semaine, à défaut du quinquennat ?


Ce football français est dégueulasse #Luzenac

Luzenac avait gagné sur le terrain le droit de jouer en Ligue 2. Finalement ce club va disparaître...
La réunion entre Noël Le Graet, le président de la Fédération française de football et les dirigeants de Luzenac, Jérôme Ducros, son président, et Fabien Barthez, son Directeur général, n’a abouti à aucun accord sur le maintien du club ariégeois en championnat National. A son arrivée à l’aéroport de Toulouse, en début d’après-midi, Barthez a confié par téléphone que «le refus d’accepter Luzenac en National équivaut à la fin de notre projet. Nous ne pouvons pas accepter de repartir en CFA2 avec des joueurs qui avaient gagné leur place en Ligue 2. Aucune promesse de remontée automatique la saison prochaine non plus. Pour nous, Jerôme et moi, c'est fini, l'histoire s'arrête là.» 
Jérôme Ducros et Fabien Barthez ont donc décidé de se retirer de la scène et de libérer tous les joueurs (dix-sept dont trois gardiens) encore sous contrat. La pérennité du club sera assurée par son équipe réserve qui évolue actuellement en DHR.

C'est puant, c'est dégueulasse, c'est écœurant. Ce football français pue.