jeudi 11 février 2016

Ce président qui aura massacré la République

Simplement deux réactions à ce remaniement. 
  • Notre-Dame-des-Landes
L'extrême gauche, les délinquants, les squatteurs, tous ces vandales qui ont détruit Nantes et Rennes ont gagné. Notre Président leur aura offert un référendum, pour dire si oui ou non ils ont eu raison de saccager des villes importantes, et de préempter des territoires de notre pays.

Le symbole est terrifiant. Détruisez la République, on vous offrira ce que vous désirez. 

Pas la peine de sortir de grandes déclarations en Janvier ou en Novembre quand on se couche en Février pour essayer de sauver une élection quelques mois plus tard.

  • Jean-Vincent Placé. 
On pourra éventuellement dire que pour Jérôme Cahuzac, notre Président ne savait pas. Mais comme aucune enquête n'aura été faite, on n'aura (pour l'instant) jamais le fin mot de l'histoire. 
Pour Placé, on sait que cet opportuniste qui est l'exemple parfait de l'apparatchik politicard, personne ne pourra dire que nous ne savions pas. Sans le Canard Enchainé, ce sénateur aurait continué à ne pas payer ses PV, et aurait continué à se foutre des lois de la République.

Cet homme, qui aura tout fait pour être ministre, est dans le gouvernement.

Qu'on ne vienne plus jamais pleurer devant les scores du Front National et de l'abstention. Plus jamais.



J'ai trop écrit sur ces deux cas, Notre-Dame-des-Landes et Jean-Vincent Placé, pour ne rien dire ce soir. J'ai mal au ventre, de voir qu'un Président de la République peut accorder aussi peu de considération à la parole du Président de la République.

Qu'on en termine vite avec ce quinquennat qui a fait mal à la République et à la parole politique. C'est mon souhait personnel. Nous verrons si l'opinion a la même vision que moi.

Je n'écrirai sans doute plus grand chose sur ces sujets, tant la politique m’écœure et me dégoutte. Mais ce soir, la nausée était trop forte.

La nausée est forte ce soir. Jamais je n'aurais imaginé ça de ce président, d'une républicain. 

dimanche 7 février 2016

C'était un "paradis blanc"

Souvenir d'il y a un. Nous étions bloqué en plein Forez. Le vent atteignait des vitesses records dans le Gard. Mais en limite de l'Auvergne, nous étions bloqué.




C'était il y a un. Aujourd'hui, j'ai couru presque en T-Shirt. Les choses changent...






Bêtise salafiste

J'ai rigolé

Pour finir les toujours trop court weekend. 

jeudi 4 février 2016

Aigues-Morte jusqu'à la place Saint Louis. #30

Mon ami Pierrot a rappelé que la joli ville d'Aigues-Morte est très liée à Saint-Louis.
Cela nous rappelle le bon mot en cette semaine de grâce présidentielle de certains qui ont rappelé que si Saint Louis rendait la justice sous un chêne, le président Hollande la rend comme un gland... (pour mémoire, je crois que la vanne initiale était du Canard Enchainé concernant Toubon, mais ça m'amuse toujours).


Saint-Louis et Aigues-Morte donc... J'avais donc appris lors de cette promenade dominicale qu'Aigues-Morte était une des places fortes construites (ou souhaitées) sous le règne de Louis IX (Saint Louis, c'est le même), pendant les croisades. 

Et oui... Au XIVeme siècle, le christianisme voulait s'étendre dans le monde par la force. 7 siècles plus tard, d'autres religions prétendre faire de même. Mais à l'époque de Saint Louis, des âmes pures clamaient qu'il ne fallait pas faire d'amalgame : n'en faisons pas aujourd'hui. 

Sinon je termine ces billets d'une semaine calme coté blog par ces photos de l'an passé. Promenade qui se termine au centre d'Aigues-Mortes, une place dont la luminosité du dimanche soir rendait les photos difficiles. 

Mais une place qui appelle l'été au rosé en terrasse. Je pense qu'en Juin, un soir, je laisserai les bébés à papy mamy pour une soirée à manger du poisson au centre des remparts. 

Un billet de rien. Mais comme me le rappelaient mes collègues Amy et Tambour, ce sont ceux que je préfère écrire... 

Ce qui n'empêche pas d'avoir des positions. Je pourrais dire de manière plus prétentieuse des "opinions". Mais à la différence de certains qui prétendent être des leaders d'opinion, ou des "guides" (ce mot eu des connotations assez spéciales lors de certaines "heures sombres de notre histoire"...), je préfère rester humble. 
Et respectueux de ceux qui n'ont pas la même opinion que moi. 


Circonflexion : la grande réforme.

La grande information du jour n'est pas de savoir s'il est normal que la République honore la dictature cubaine et invite des Mélenchon et autres sectaires dangereux à festoyer à l'Elysée. 
Elle n'est pas non plus de savoir si la politique menée par le gouvernement est de droite, de gauche, de rien de tout (la question devait être de savoir si une politique est efficace, digne et équitable, plutôt qu’étiquetée)

Même la nomination possible de Nicolas Hulot en numéro 2 du gouvernement n'est pas l'information qui m'a touché ce matin. Ou le refus des huiles de gauche de débattre avec Nicolas Sarkozy. 
Pas plus que le train d'enfer que mène de PSG (qui en plus est vraiment agréable à voir jouer). 

Non, l'information qui m'a marqué est celle là :

2400 mots qui vont être "liftés" et modifiés pour la rentrée prochaine. On ne l'aura plus dans l'oignon mais dans l'ognon.  Ca changera tout. 
Et dans mon boulot, je ne parlerais plus de coût, mais de cout, puisque l'accent circonflexe va disparaitre (et plus disparaître). 

Il s'en passe des choses en France quand même...

(mais je me demande quand même si elle m'intéresse vraiment cette information en fait...)

mercredi 3 février 2016

Carte postale d'Aigues-Morte #30

Billet que j'aurais dû écrire il y a un an. Tous les premiers dimanche d'hiver, la ville d'Aigues-Morte ouvrait gratuitement ses remparts au public. Je ne sais si c'est aussi le cas cette année, mais si ca l'est, allez y dimanche les amis. Cette ville est délicieuse.

Bébé 2 commençait juste à marcher en janvier dernier. Mais bébé Faucon était déjà bien en jambe, et heureux comme tout de gambader le long des remparts.

Ces photos datent du 4 Janvier 2015. Le bébé avait fini une varicelle que le fane n'avait pas encore commencé. Et la France était belle et heureuse. 
Et nous, tranquillement, profitions de ces photos de toits d'une ville. Je ne sais pas si j'ai déjà décrit ma fascination que j'ai pour les toits de villes et de villages : j'aime cette vue de haut.
 C'était le 4 janvier 2015. Le soir, nous apprenions la mort du Musclé Framboisier. Je le dis sans rigoler, elle m'avait touché, car c'était la mort d'une personnalité de mon enfançe.

Et puis trois jours plus tard, c'était Cabu qui tombait sous les balles de salopards de l'islam radical... 
Bizarrement, cette journée a Aigues-Mortes me rappelle ce moment. Ce mois de Janvier où, normalement, nous aurions du "ouvrir les yeux". Ou simplement etre plus dignes, plus adultes, plus matures.

Penses tu... Le combat reste politique, cf les atermoiements sur cette délirante histoire de modification constitutionnelle.
Et pendant ce temps, notre République se met à genoux en invitant à manger à l'Élysée le frère Castro, Mélenchon et le chef du parti communiste français. Du pas bien républicain...

Je repense avec émotion à ce dimanche de janvier. Un dimanche où je marchais, mais l'esprit léger. Depuis, je me demande si nous avons vraiment évolué. Je n'en suis pas convaincu.

Mais Aigues-Morte reste une ville magnifique. Un écrin gardois hors du temps. Et c'est bien...



mardi 2 février 2016

Billet cochon



Et juste rire comme un cochon devant la nouvelle connerie que j'ai reçu ce matin par mail. C'est vieux, il parait... Je ne connaissais pas.
Pas envie d'être sérieux aujourd'hui... Et envie d'aller me coucher...

dimanche 31 janvier 2016

Mon bébé est un artiste

Courant du mois de Janvier, un dimanche pluvieux. Bébé Faucon (le grand) a reçu à Noël un kit peinture. Aie...
Falconette m'a dit qu'il fallait que l'âme d'artiste de bébé s'affirme. Et moyennant des dispositions afin de prévenir des catastrophes éventuelles, elle s'est occupée de bébé Faucon peintre pendant la sieste de papa.

J'aime bien faire la sieste le dimanche vers 13h30 14h, devant la télé. Soit le 13h foot de ITélé, ou alors le match de Ligue1 de 14 heures. Le mieux est le Tour de France ou un grand prix de F1 pour somnoler...

Et donc à mon réveil, j'ai été sur le cul... Mon bébé de 4 ans et demi m'a impressionné, moi le papa qui n'a jamais su dessiner (à part des bites et des têtes à Toto, ce qui est limité)

Le deuxième dessin est en fait la balançoire dans le jardin. Vu comme ça c'est ésotérique, mais c'est malin d'avoir pris le jardin pour modèle.

Un billet de rien du dimanche soir. Pour rappeler combien j'aime mes enfants. Et que le temps passe trop vite : le deuxième qui a à peine 2 ans m'impressionne aussi tous les jours.

Mais peut être qu'être Parent rend plus facilement impressionnable ?


samedi 30 janvier 2016

Un samedi de janvier dans le Gard

Soleil de janvier superbe dans la garrigue gardoise, entre Lirac, St Laurent des Arbres et St Victor la Coste.
Un billet de rien apres une vingtaine de bornes de marche rapide dans ces endroits superbes...

Et repos devant Barcelone - Athletico. Enfin du foot... (J'étais hier soir devant OM Lilles...)

vendredi 29 janvier 2016

Boire de la bière, ça donne du plaisir :-)

Des articles qui font plaisir...

Il parait que le whisky fait maigrir, et que le vin rouge est bon pour le coeur. Je dois être en excellente santé alors (en plus d'être un bon coup ?)

Bientôt l'heure de l'apéro tiens au fait...

(en tous cas, je n'avais pas fait attention que j'ai pleins de copains qui sont donc des monstres sexuels aussi, hi hi hi)

Valbuena, Benzema, et ce monde du foot pourri

Je ressors un très vieux tweet. Mais ça exprime ce que je ressens...


Nous avons eu la légende Zidane qui a défendu Benzema. Le président de la Fédération Française de football qui a eu le déshonneur gerbant d'aller appeler au racisme pour défendre Benzema. Honteux, inadmissible, gerbant.

Et pendant ce temps, rien pour Valbuena. La victime.
Si ! Ce même président de la FFF, le socialiste Noel Le Graet, qui a dit que Valbuena n'aurait pas "du laisser trainer son téléphone portable". Certains disent que c'est la faute des filles qui mettent "des vêtements inappropriés" si elles se font violer. Noel Le Graet n'a juste rien dit de différents.

Et nous avons un "monde du football" qui défend jusqu'à la gerbe un Karim Benzema qui n'a jamais rien apporté à l'équipe de France (son bilan est minable). Et qui défend une certaine vision de la société, que l'on peut condamner. 
J'ai souvent écrit mon dégoût de voir que le maillot de l'Equipe de France a été porté par un Nicolas Anelka. J'ai le même de voir que la "philosophie Bouba" est défendu par une partie du monde du football. Et je trouve ça extrêmement grave...
Pas "très Charlie" en tous cas...

En tous cas le football français est une sorte de prisme qui permet de comprendre ce que devient aujourd'hui la France. Et ça fait peur...

jeudi 28 janvier 2016

Francis Cabrel à Marseille c'était super

Un coup de bien le 14 décembre au Dôme à Marseille.

Une baffe et un bain de lait, ce concert de Francis Cabrel.
La scène était magnifique, dans une salle à taille humaine dans laquelle la vue était superbe de partout.

J'avais acheté le Blu-ray du concert précédent, que je me passais en boucle. J’achèterai le prochain, j'espère qu'il sortira.

En concert, Francis Cabrel est vraiment très bon.



C'était un joli concert...



C'était il y a déjà plus d'un mois. Le temps passe vite... Tellement vite que les jours rallongent...

Billet qui ne sert à rien. Une pause dans une période qui passe à toute allure...

Billet que j'écris avec la Chromecast en écoute "la voix du crooner", qui est l'ouverture de ce concert, et qui allait merveilleusement avec l'ambiance.
Une belle soirée..

mercredi 27 janvier 2016

François Hollande, un bon DRH ?

Pour rester sur le sujet de la démission de Christiane Taubira, je relaie un billet que j’avais trouvé intéressant de Philippe Bilger. Il date un peu (17 Janvier), mais il est terriblement d’actualité.
Le titre était « François Hollande est il un bon DRH ? », et parle notamment de la nomination de Christiane Taubira comme Ministre de la justice. Philippe Bilger ne l’apprécie pas (c’est son droit), et la vision qu’il a des choses m’a paru intéressante.

Je la relaie…
Un président de la République doit avoir beaucoup de talents et l'un des moindres ne serait pas celui de savoir choisir ses collaborateurs, ses ministres avec lucidité et une objectivité plus soucieuse de l'intérêt de la France que des calculs politiciens.
A l'évidence François Hollande, pour répondre à la question de mon titre, est un DRH plus inspiré par la roublardise et des considérations partisanes et personnelles que par la volonté de distinguer indiscutablement les meilleurs.
Car je ne vois pas au nom de quoi ce que le citoyen, même s'il n'est pas de gauche, perçoit devrait être négligé, voire méprisé par un président de la République.
La société, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, évaluait intuitivement et civiquement les serviteurs performants de l'Etat et n'était pas dupe des médiocres.
Depuis l'élection de François Hollande, il en est de même et l'importance donnée à certains ministres par l'opinion n'est pas indifférente ni sans fondement.
Il est vrai que cela n'a pas commencé avec lui. Qu'on se souvienne de Nicolas Sarkozy choisissant Rachida Dati comme garde des Sceaux sous l'influence conjointe de sa deuxième épouse Cécilia et d'Alain Minc. On devine comme cette promotion ne risquait pas d'être pertinente ! Mais au moins l'ex-président n'avait pas mis lui-même en branle la machine infernale.

Je fais une petite coupe dans le billet. Philippe Bilger parle de Valls et de Macron. C’est intéressant mais pas forcément d’actualité. Ce qui est m’intéressait était sa fin de billet, et notre star du jour.

Sinon, au sujet de la Justice, comment justifier la nomination et le maintien de Christiane Taubira comme garde des Sceaux alors que de notoriété publique le poste avait été promis à André Vallini et que, un comble, celui-ci aurait été compétent - respecté bien au-delà de la gauche - pour cette fonction prestigieuse ?
Comment dénicher encore un peu d'intelligence dans l'entêtement manifesté par François Hollande à dorloter la crise et le problème en détournant l'esprit de leur remède si proche, trop proche de lui ? Comment accepter ces manœuvres de basse cuisine qui, si le monde politique avait de la dignité et du courage, seraient méprisées, les victimes n'attendant plus alors, jour après jour, une possible récompense pour n'avoir jamais bronché devant un tel sadisme présidentiel, face à une telle absurdité démocratique ?
Comment fuir l'interrogation selon laquelle le président, comme certains avant lui, ne se serait véritablement éprouvé chef de l'Etat qu'en s'abandonnant avec volupté, au détriment des citoyens, à l'incongruité et à l'arbitraire de telle ou telle promotion, à l'aberration de tel décret ?
François Hollande n'est pas un bon DRH. Trop manipulateur ou trop méchant. Trop méchant et pas toujours intelligent. Derrière son impassibilité et sa placidité souriante, il y a du poison, des démons et de déplorables impasses.
Et, pour la France, des angoisses.
C’est un point de vue que je trouvais intéressant. 

Bonne nouvelle pour la justice ?

Sur le coup j'étais content que j'ai reçu cette file de push pendant ma réunion matinale.
Puis quand même quelques questions en suspend. 

Pourquoi cette personne a t'elle été nommée à ce poste aussi important ? Avec ce qu'elle représente, philosophiquement et politiquement. Pourquoi a t'elle pu être maintenue à ce poste avec ses déclarations, prises de position, indignations sélectives ? Pour ne pas parler d'un bilan, que je ne suis techniquement pas capable de juger... (mais l'avis de certains professionnels de la justice, de droite ou de gauche, auraient tendance à me donner un tableau peu reluisant, et puis je suis un citoyen, j'ai le droit de...).

2012 - 2016, cela aura été long. La garde des sceaux, et la ministre d'une justice du mur des cons, aura été un symbole. Positif pour certains, pas pour d'autres. Mais un symbole. 
C'est long un mandat...

J'étais content, mais pas longtemps. Tout ce spectacle de la politique me gonfle... Et pourtant je ne cesse d'en parler et de m'y intéresser.